À voir à la télévision le jeudi 13 novembre - Revu et amélioré, mais toujours court

Deux comédiens, un décor et des accessoires, trois jours pour créer un scénario, tourner et monter un film de deux minutes. Voilà ce dont disposent toujours les deux équipes de jeunes cinéastes qui s'affrontent chaque semaine à Fais ça court!.

L'émission, animée au départ par Marie-Loup Wolfe, a connu un beau succès pour la chaîne publique puisque près de 100 000 téléspectateurs suivaient alors la compétition et que plusieurs d'entre eux prolongeaient l'expérience sur le site Internet de l'émission afin de noter les oeuvres des cinéastes en herbe. Cet automne, la formule a connu quelques changements, qui la rendent plus dynamique.

D'abord, on a ajouté au canevas déjà imposé à chaque émission (le décor, les acteurs et leur costume) une contrainte, fruit d'un tirage au hasard, que doivent intégrer les deux équipes dans leur film respectif. Ensuite, on a «resserré» l'émission au montage: on accorde moins de temps à montrer l'élaboration du scénario et on en laisse un peu plus au déroulement du tournage, ce qui rend l'ensemble nettement plus dynamique. Le changement le plus intéressant est sans aucun doute l'évaluation des courts métrages en compétition par deux juges en résidence: le réalisateur Pierre Houle (Omertà, Bunker, le cirque) et le scénariste Pierre-Yves Bernard (Minuit le soir). Leur appréciation permet aux téléspectateurs de reconsidérer la leur avant de noter les films sur le site Internet de l'émission. Par ailleurs, l'animateur qui remplace Marie-Loup Wolfe cet automne (occupée à tourner son premier long métrage), Stéphane Bellavance, ajoute de petites touches d'humour à l'ensemble avec un ton qui rappelle celui d'Antoine Bertrand dans une autre émission de la chaîne publique, le quiz Bluff. Dans les prochaines semaines, on nous présentera les éliminatoires pour cette saison et une émission spéciale où des cinéastes professionnels se soumettront aux contraintes du jeu.

Fais ça court! - Télé-Québec, 19h