À voir à la télévision le jeudi 6 novembre - Il était une fois dans l'Ouest...

Avant toute chose, qu'il soit établi que ce chef-d'oeuvre, car c'en est un, de Robert Altman ne saurait être vu que dans son format «widescreen» original (2.35:1, pour être exact). Si on essaie encore de vous passer la version plein écran tronquée, de grâce, allez voir du côté des autres chaînes ou, mieux, courez louer le DVD.

McCabe and Mrs. Miller est, à mon avis et de celui de nombreux directeurs photo, l'un des plus beaux films américains jamais réalisés. Chaque plan pourrait être une vieille photo de la fin du XIXe siècle revenue à la vie. Le travail du grand Vilmos Zsigmond (directeur photo de The Deer Hunter et de Blow Out) rend compte d'une maîtrise peu commune de la lumière.

Le récit en est un typiquement altmanien, en ce sens qu'il convoque un genre précis pour mieux en prendre le contre-pied. McCabe and Mrs. Miller est l'ultime antiwestern, une oeuvre rêche qui dépare le mythe de tout glamour.

John McCabe compte faire fortune en ouvrant un bordel dans une «boom town», une ville en plein essor. Flairant la bonne affaire, Constance Miller lui propose une association alléchante. Sauf qu'à travers la lentille d'Altman, l'Amérique peut se montrer bien cruelle envers les gagne-petit, comme en fait également foi Thieves Like Us. McCabe and Mrs. Miller, c'est le commentaire extrêmement ironique du cinéaste sur le rêve américain.

Pour interpréter ces deux rêveurs entêtés, le metteur en scène a eu la brillante idée de réunir Warren Beatty et Julie Christie, alors un couple à la ville. Leur chimie est parfaite et leurs compositions, complètement crédibles. Il s'agissait de la première de trois collaborations, et de loin la plus mémorable.

Autre choix inspiré, celui de demander à Leonard Cohen la permission d'utiliser trois de ses chansons, The Stranger Song, Sisters of Mercy et Winter Lady, lesquelles ajoutent une touche de mélancolie complètement en phase avec l'approche désenchantée d'Altman. Un must que tout cinéphile doit avoir vu une fois, dans les bonnes conditions, je le répète.

Cinéma / John McCabe - Historia, 22h