Pierre Nadeau et Robert Blondin sont devenus producteurs - La SRC achète deux séries pour sa radio

La radio de Radio-Canada mettra en ondes dans les prochaines semaines deux émissions produites par le secteur privé, une situation qui fait beaucoup jaser à l'intérieur de la SRC, où les esprits sont à vif après un dur conflit de deux mois.

Mais contrairement à plusieurs employés qui voient dans cette situation un début de privatisation des ondes publiques, le grand patron de la radio de Radio-Canada, Sylvain Lafrance, ne voit pas là de quoi fouetter un chat.


«Plus de 95 % de nos émissions sont produites à l'intérieur et cela ne changera pas puisque ce n'est pas le mandat d'une chaîne publique, explique-t-il au Devoir. Faire des émissions dans le privé demeure une exception et nous permet tout simplement d'aller chercher des talents extérieurs.»


La saison estivale de Radio-Canada offrira à compter de juin une série d'émissions produites par Pierre Nadeau, dans lesquelles le célèbre journaliste mènera de grandes entrevues produites par sa maison de production Le Sagittaire. Cette émission sera présentée tous les matins en fin d'avant-midi.


Par ailleurs, un ancien de Radio-Canada, Robert Blondin, prépare également une série, Le bonheur après le 11 septembre, réalisée dans son propre studio.


Mais Sylvain Lafrance fait remarquer que depuis deux ans, Radio-Canada présente l'été une émission de retour à la maison animée par Ginette Bellevance qui est produite dans le privé. «Il faut comprendre que la logique économique du privé n'a rien à voir en radio avec celle de la télévision, ajoute-t-il. Le producteur privé dont on parle ici c'est un gars, comme Blondin, qui fait des émissions d'un petit studio chez lui».


Le fait de confier des émissions au privé a inquiété plusieurs artisans de la radio dans le contexte tendu des dernières semaines sur le rôle d'un diffuseur public. D'autant plus qu'une rumeur veut que le gouvernement fédéral jongle avec l'idée de créer un Fonds canadien de la radio, sur le modèle du Fonds de la télévision, qui permettrait de développer des producteurs privés.


Sylvain Lafrance affirme n'avoir jamais entendu parler d'une telle rumeur et il doute fortement de sa réalisation. «Je sais qu'il y a quelques années, l'idée d'un fonds avait été avancée par des radios communautaires hors Québec pour stimuler leur développement mais à ma connaissance le gouvernement n'a jamais embarqué».





Dur retour pour Au coeur du monde


Par ailleurs, les artisans de l'émission quotidienne Au coeur du monde, qui était diffusée depuis l'automne dernier de 13h30 à 15h sur la Première chaîne, animée par Hélène Raymond, ont connu un dur retour au travail lundi puisqu'ils ont appris que leur émission était carrément annulée.


En fait, la direction de Radio-Canada avait décidé de ne plus diffuser cette émission l'année prochaine et elle a conclu qu'il ne servait à rien d'en continuer la diffusion pour les trois semaines de saison régulières qui restent. Au bureau de Sylvain Lafrance, on indique que le projet de cette émission produite à Québec était «trop gros».


Évidemment, les artisans de l'émission ont été fortement choqués puisqu'ils se faisaient un plaisir de revenir au travail après deux mois de lock-out. Toutefois Radio-Canada semble respecter les contrats déjà signés pour les semaines qui restent.