Télévision - Deux femmes aux commandes du Téléjournal

Le service d’information de Radio-Canada vivra un jeu de chaises musicales en janvier. Patrice Roy remplacera Pascale Nadeau au Téléjournal montréalais de 18h, pendant que Céline Galipeau remplacera Bernard Derome les soirs de semaine.
Photo: Pascal Ratthé Le service d’information de Radio-Canada vivra un jeu de chaises musicales en janvier. Patrice Roy remplacera Pascale Nadeau au Téléjournal montréalais de 18h, pendant que Céline Galipeau remplacera Bernard Derome les soirs de semaine.

À compter de janvier, le Téléjournal national de 22h à Radio-Canada sera présenté par deux femmes, Céline Galipeau et Pascale Nadeau.

Voilà la réplique que la télévision publique a servie hier à tous ceux qui la soupçonnaient de vouloir «tasser» les femmes.

Bernard Derome quittera donc son poste en janvier, mais il continuera de préparer différents sujets journalistiques au printemps, et il sera aux commandes des éventuelles soirées électorales dans l'année.

Sa remplaçante officielle sera donc Céline Galipeau, qui attendait ce moment depuis des années, et la remplaçante de Céline Galipeau du vendredi au dimanche sera Pascale Nadeau.

Le journaliste Patrice Roy prendra la relève de Pascale Nadeau au Téléjournal montréalais de 18h.

Il reste maintenant à régler le cas de Dominique Poirier, qui perd son émission à RDI, et qui était absente hier de la conférence de presse de Radio-Canada. «Elle souhaite encore réfléchir à nos propositions», explique Alain Saulnier, directeur de l'information de Radio-Canada. «On lui a proposé de faire de l'animation à RDI, ou de devenir chef de bureau à Ottawa», ajoute-t-il.

Pour la première fois, donc, deux femmes présenteront le 22h, et elles feront face à une autre femme, Sophie Thibault à TVA. Alain Saulnier rappelait hier que «53 % du personnel de l'information sont des femmes. Le Téléjournal est dirigé par une rédactrice en chef. J'ai nommé quatre femmes cadres, et sept des 12 correspondants étrangers sont des correspondantes».

Bernard Derome, qui aura 65 ans en janvier, se disait «très serein» hier. «Quand je suis revenu au Téléjournal il y a cinq ans, je me donnais cinq ans», période qui se terminera au printemps prochain.

«Après 33 ans, j'ai fait le tour du terrain, et c'est réglé dans mon esprit depuis plusieurs mois», ajoute-t-il.

À compter de janvier, Bernard Derome entend donc faire des reportages et différents projets spéciaux. Pas la suite, dans un an, pas question de retraite. «J'ai toujours été loyal à Radio-Canada, dit-il. Nous discutons pour voir quel lien d'antenne je pourrai conserver avec Radio-Canada.»

Céline Galipeau, elle, était évidemment ravie. «C'est un grand moment de bonheur, dit-elle. Le Téléjournal, c'est l'émission la plus prestigieuse, la plus excitante. En même temps, je suis un peu inquiète puisque je succède à un journaliste de grand talent.»

Pour Pascale Nadeau, le choix a été plus difficile. «Je n'étais pas très heureuse» quand on lui a proposé ce changement la semaine dernière, dit-elle, «parce que j'ai une histoire d'amour avec le 18h», qu'elle avait réussi à stabiliser après plusieurs périodes difficiles. «Après réflexion, je me dis que c'est l'occasion de relever de nouveaux défis. J'ai la chance d'accéder au Téléjournal national. Depuis 20 ans, je n'avais jamais fait de bulletin national.»

On notera, en passant, que l'édition du Téléjournal du dimanche est une des plus écoutées de la semaine, bénéficiant d'un effet d'entraînement avec Tout le monde en parle.

Patrice Roy, lui, confirme qu'il discutait de projets d'animation mais «personne ne croyait que ça irait aussi vite. J'ai été abasourdi, assommé [par la proposition]».

Mentionnons que Anne-Marie Dussault demeure toujours à la barre du Téléjournal du midi.

Pour Alain Saulnier, ces changements sont nécessaires alors que le monde des médias est en plein bouleversement. De plus, la disparition des informations à TQS crée une situation particulière, plaçant Radio-Canada directement contre TVA. Alain Saulnier a insisté hier sur le fait que «nous ferons un Téléjournal dans la mission du service public».
4 commentaires
  • Dominic Pageau - Inscrit 13 juin 2008 03 h 36

    De toute façon pour faire changement, le CSF criait au loup, la SRC est majoritairement féminin.

    Et ça c'est un exemple parmi tant d'autre, c'est ça qui arrive quand on se cherche une raison d'être.

  • Pierre Poulin - Inscrit 13 juin 2008 05 h 13

    Galipeau au Téléjournal de 22 h

    Il était temps que Céline Galipeau devienne l'animatrice du Téléjournal de fin de soirée. Cela vient avec un retard de quelques années à mon avis, puisque c'était la meilleure candidate depuis longtemps. Elle s'était faite un peu ravir la job la dernière fois parce que Radio Canada s'était repliée sur du connu, sur la perception de la valuer sure.

    Céline Galipeau est une brillante journaliste de terrain, une femme engagée, une communicatrice naturelle, un modèle d'intelligence journalistique, peut-être même sur-qualifiée pour le poste, mais, puisqu'elle est heureuse de faire ce travail, ce sera tant mieux pour nous.

  • Gilles Delisle - Abonné 13 juin 2008 06 h 44

    Il était temps pour Mme Galipeau!

    Je n'ai jamais compris pourquoi on avait redonner à M. Derome son poste de lecteur de nouvelles, alors que Mme Galipeau était déjà prête depuis longtemps à prendre la relève avec sa grande compétence. J'espère que ces deux dames pourront faire, elles aussi, leur 33 ans de service avec un salaire équivalent à leur prédécesseur!

  • Claude L'Heureux - Abonné 13 juin 2008 15 h 12

    Et puis après?

    C'est bien beau tout ce remue-ménage à Radio-Can mais c'est pour en arriver à quoi en ce qui concerne le Québec et l'information régionale? Silence sur le fond des choses.

    Claude L'Heureux, Québec