Fonds canadien de télévision - Les propositions du CRTC ne font pas l'affaire

Le Fonds canadien de télévision (FCT) prendra plusieurs semaines pour analyser le rapport du CRTC qui le concerne, mais les propositions du CRTC ne font clairement pas son affaire.

Le CRTC a proposé jeudi dernier de scinder le FCT en deux, un volet commercial financé par les entreprises de distribution qui soutiendrait les émissions «à succès» et un volet public financé par Patrimoine Canada, pour financer les émissions de Radio-Canada et des chaînes éducatives.

«Nous pensions que la meilleure chose pour l'industrie était d'avoir un seul fonds, explique au Devoir Betsy Chaly, directrice des communications du FCT. Si le gouvernement veut diviser le fonds en deux, nous devons étudier le pour et le contre. Nous avons besoin de faire des analyses financières approfondies pour évaluer les propositions du CRTC, et cela prendra plusieurs semaines.»

Le CRTC propose que chaque volet du fonds ait son propre conseil d'administration, mais le FCT compterait un seul président et chef de direction.

Jeudi dernier, Radio-Canada s'est déclarée «déçue» du rapport du CRTC, estimant que le fait de scinder le fonds en deux se traduirait par un manque à gagner éventuel de 150 millions pour les télédiffuseurs publics.

Avec un fonds fractionné en deux volets, l'augmentation future du financement du fonds profiterait uniquement à la programmation privée au Canada, soutient Radio-Canada, alors qu'actuellement l'ensemble de la programmation bénéficie de l'augmentation du financement résultant de la croissance du secteur.

Pour sa part, l'Alliance des producteurs francophones du Canada juge «totalement inacceptable» le rapport du CRTC, puisque la production francophone en milieu minoritaire est complètement ignorée par le CRTC, soutient le regroupement.

Le président du CRTC, Konrad von Finckenstein, a voulu rassurer les producteurs francophones en écrivant hier à la ministre du Patrimoine canadien, Josée Verner. Selon lui, même si son rapport ne fait pas référence à la production en milieu minoritaire, celle-ci se poursuivra et ne sera pas affectée par les changements proposés, soutient-il.

Selon un rapport publié hier par le FCT, les revenus de l'organisme ont totalisé 285 millions en 2007-08, avec des dépenses administratives limitées à 4,7 % des revenus. Le FCT a appuyé 468 projets de production et 310 projets de développement, pour un total de 256 millions. Le FCT a particulièrement appuyé 43 dramatiques de langue anglaise, 30 dramatiques de langue française, 137 documentaires anglophones et 124 documentaires francophones, ainsi que des émissions pour enfants et des émissions de variétés.