Radio-Sondage BBM - La SRC en hausse en dépit du lock-out

Les dirigeants de la radio de Radio-Canada n'ont pas trop à s'inquiéter à propos de l'auditoire de leur chaîne puisque, dès avant le déclenchement du conflit de travail, l'écoute de la chaîne publique connaissait une hausse marquée.

Le sondage d'écoute de la firme BBM du printemps 2002 enregistre une hausse globale de l'écoute de la SRC, ce qui peut paraître très étonnant si on tient compte du fait qu'au cours des huit semaines recensées, soit du 18 février au 14 avril, les trois dernières ont vu la programmation de la SRC entièrement bouleversée à cause du conflit.


Dans le grand marché de Montréal, la portée totale de la Première Chaîne (le nombre d'auditeurs que l'on rejoint) se maintient par rapport à l'automne; celle de la Chaîne culturelle augmente de 14 %. Pour la Première Chaîne, l'écoute moyenne au quart d'heure est en augmentation de 7 % par rapport à l'automne dernier.


À Radio-Canada, on explique cette augmentation de la façon suivante: la programmation de la radio était très forte avant le déclenchement du conflit, à tel point que le succès des cinq premières semaines compense la perte d'auditoire qu'on commençait à subir pendant les trois dernières semaines recensées. La diffusion des Jeux olympiques en février et l'exceptionnelle série sur René Lévesque en mars avaient tout particulièrement attiré les auditeurs. Radio-Canada soutient que sans le conflit, on aurait probablement connu un sommet d'écoute, ce qui, bien sûr, ne pourra jamais être démontré.


Dans le grand marché montréalais, CKOI continue de dominer en rejoignant 1,068 million d'auditeurs, suivi de CITE avec 755 000 auditeurs et CKAC avec 665 000 auditeurs. Ces trois stations connaissent pourtant des pertes d'auditoire de 5 à 10 %. Par contre, certaines stations progressent, notamment CFGL et COOL, cette dernière semblant remonter après avoir connu une sévère baisse lors de son changement de programmation.


Mais le fait marquant de ce sondage est la performance de CHOM, qui a décidé il y a quelques mois de revenir à la programmation de vieux rock des années 70, qui avait fait ses beaux jours il y a 25 ans. Pour l'ensemble du public montréalais, sa portée augmente de 17 % par rapport à l'automne, la plus forte hausse de toutes les stations. Cette statistique concerne les deux groupes linguistiques. Et si on tient uniquement compte du public anglophone, le premier public de la station, l'augmentation est sensationnelle: la moyenne au quart d'heure augmente de 85 % par rapport à l'automne et la part de marché augmente de 74 %. De quoi faire réfléchir les programmateurs qui avaient jeté à la poubelle les vieux disques de Led Zeppelin, des Stones et de Jethro Tull...


Ajoutons que CITE domine avec une part de marché générale de 15,8 %, suivie de CFGL avec 11,9 % et CKOI et CKAC avec 11,5 %. Avec une part de marché de 8,2 %, Radio-Canada continue de monter.


Par ailleurs, l'émission la plus écoutée à Montréal demeure celle de Paul Arcand, le matin à CKAC, avec 103 000 auditeurs, suivie des blocs du matin et de l'après-midi de CITE.