À voir à la télévision le lundi 16 avril - Comment relier l'histoire au présent

Alors qu'on commémorait la semaine dernière le 90e anniversaire de la bataille de Vimy, au cours de la Première Guerre mondiale, cette série canadienne-anglaise de Brian McKenna veut faire revivre les combats menés par les Canadiens pendant ces tragiques années.

L'idée de faire une fiction dramatique ou un documentaire sur le Canada en guerre est en soi excellente. Le problème de cette série est qu'elle mêle reconstitution historique et documentaire contemporain sur des descendants des soldats de la guerre de 14-18, lesquels sont invités à revivre l'entraînement de leurs ancêtres en une sorte de docu-réalité pas très intéressant. Une véritable fiction nous faisant revivre de l'intérieur le drame de ces soldats, avec émotion et sans rien cacher, aurait probablement été plus prenante.

Mais il y a plus. Au Canada anglais, on s'est beaucoup excité sur le fait que Justin Trudeau — le fils de son père qui n'en peut plus de tenter de lui ressembler — interprétait dans cette série le rôle de Talbot Papineau, célèbre soldat mort au front qu'on présente comme un homme charismatique qui était destiné à être premier ministre. Dans une lettre au Devoir l'été dernier, Normand Lester a violemment démoli le rôle joué par Talbot Papineau pendant la guerre. Brian McKenna lui a violemment répliqué en l'accusant de salir la réputation d'un mort.

Sans vouloir prendre position sur Papineau, on peut tout de même affirmer que Le Canada en guerre se présente comme une glorification du fédéralisme idéal, qui réquisitionne le fils Trudeau pour porter le flambeau de l'unité canadienne. C'est un peu gros, pour ne pas dire plus.

La Grande Guerre, Radio-Canada, 20h

À voir en vidéo