À voir à la télévision le jeudi 1er mars - Un coup de vent

Voilà une autre émission de télé-réalité. Dans le domaine de la consommation du vide auquel carbure une certaine télévision, rien de mieux sans doute que la mode pour alimenter la machine à distribuer du vent. Voici donc 16 candidats, hommes et femmes, qui aspirent à devenir de jolis porte-manteaux.

Leur rêve d'une carrière à Paris, Milan, Londres, New York a commencé à Montréal. En bikini et talons hauts pour les filles et en simple maillot de bain pour les garçons. C'est le physique qui compte.

Le corps appartient ici au seul monde de l'objet, de la consommation, du prêt-à-porter autant que du prêt-à-jeter. Candidates et candidats ne sont que des accessoires d'un jeu dont ils ne contrôlent à l'évidence rien, pas même

les éléments du discours. La surface des choses triomphe en tout, comme en font foi les embryons de conversation captés par les caméras de la productrice, Véronique Cloutier.

Faut-il s'étonner qu'une émission pareille tourne court dès ses débuts? Une petite histoire de fesses est en cause. De quoi s'agit-il? Une des jeunes candidates pressenties pour devenir mannequin a dû se retirer pour avoir trempé dans l'univers du sexe industrialisé. La jeune dame, voyez-vous, était actrice porno pour arrondir ses fins de mois... Dans l'univers absolu de la consommation des corps, c'est pourtant presque dans l'ordre des choses. Et, au fond, personne ne s'étonne vraiment.

Portfolio est mené tant bien que mal par Mahée Paiement. L'animatrice peine à paraître naturelle, jusque dans ses répliques qui apparaissent toujours préfabriquées. Peut-être sera-t-elle plus à l'aise à mesure que le concept fera en sorte d'engouffrer dans son système digestif d'autres jeunes gens? Toute «la chance qu'on leur donne», ne cesse de répéter l'animatrice! Vraiment?

PortfolioTQS, 19h

À voir en vidéo