À voir à la télévision le samedi 16 décembre - 50 ans de Belles Histoires à raconter

L'émission la plus indestructible de la télévision québécoise? En tout cas, personne ne peut nier que Les Belles Histoires des pays d'en haut soit un phénomène puisque les rediffusions de cette émission, qui avait pourtant disparu du petit écran pendant plus de 30 ans, continuent d'attirer un public important.

Pour célébrer les 50 ans de cette série, Artv consacre une soirée entière aux Belles Histoires, avec la diffusion de deux anciens épisodes ainsi que d'un documentaire sur le tournage de Séraphin, le film de Binamé.

Toutefois, c'est surtout l'édition spéciale de 90 minutes de Viens voir les comédiens qui attire l'attention, puisque René-Homier Roy reçoit dix anciens comédiens des Belles Histoires ainsi que le second réalisateur de l'émission, Yvon Trudel, et le neveu de l'auteur Claude-Henri Grignon.

Belle occasion pour recueillir plusieurs anecdotes. Ainsi, on apprend qu'Andrée Champagne ne s'attendait pas à hériter du rôle de Donalda, croyant plutôt qu'elle jouerait celui d'Arthémise. Denyse Filiatrault, quant à elle, ne sait toujours pas pourquoi son personnage était surnommé la grande jaune... et il semble que Claude-Henri Grignon ne le savait pas non plus! Et René Caron, inoubliable Todore, confie comment Jean-Pierre Masson était devenu aigri et malheureux à la fin de sa vie.

Pour défendre la réputation de son oncle, qui passait pour un malcommode, Pierre Grignon soutient que celui-ci était en fait beaucoup plus agréable qu'on ne le croit dans le quotidien, que Séraphin, ce n'était pas lui, qu'il s'identifiait plutôt à Alexis.

Une émission amusante, quoique trop souvent en survol, alors qu'on aurait aimé pousser la discussion un peu plus loin avec les invités.

Viens voir les comédiens, Artv, 20h