À voir à la télévision le mercredi 15 novembre - Le nord et ses habitants intoxiqués

Dans les contrées blanches et immaculées de l'Arctique et du Groenland vivent les populations humaine et animale les plus contaminées de la planète. Étrange paradoxe que cette pureté des paysages recelant des quantités inégalées de polluants générés aussi loin qu'en Asie du Sud-Est. Les magnifiques images de ce documentaire, excellent au demeurant, le soulignent très bien.

Le grand drame est que les toxines, dont certaines, comme les PBC, sont pourtant interdites depuis déjà plusieurs années, persistent dans les organismes vivants, qui ne peuvent plus s'en débarrasser. Et plus l'organisme occupe un rang élevé dans la chaîne alimentaire, plus il concentre ces poisons. Dernier maillon de cette chaîne, les Inuits qui se nourrissent de la «succulente» chair d'ours polaire sont actuellement victimes de problèmes de santé découlant de la présence de ces toxines. Les bambins qui ont été nourris de lait maternel contenant de forts taux de PBC sont beaucoup plus sujets aux infections et présentent des déficits cognitifs en raison de la présence excessive de mercure dans leur alimentation. Les femmes courent deux fois plus de risque d'être atteintes d'un cancer du sein qu'il y a dix ans et la qualité du sperme des Inuits s'est grandement amoindrie.

Considérés comme les animaux les plus contaminés de la planète, les ours polaires meurent prématurément. Le taux de PBC dans le lard de ces magnifiques bêtes est en fait trois milliards de fois plus élevé que dans l'eau de mer. Les mouettes de Ross, grandes prédatrices du monde aviaire, décèdent aussi par intoxication.

En troquant son alimentation traditionnelle, devenue trop contaminée, par le régime occidental, le peuple inuit est maintenant menacé d'un autre fléau. Le diabète, les maladies cardiovasculaires et le cancer de la prostate, des maladies jusqu'à récemment presque inexistantes en raison d'une alimentation riche en gras oméga 3, se multiplient.

À voir pour la beauté des images, la rigueur des reportages et surtout pour prendre conscience de la catastrophe que nous provoquons par notre inconscience.

Alerte au pôle Nord, Télé-Québec, 21h