À voir à la télévision le dimanche 1er octobre - Autour des claviers

ConcertPop : Pierre Lapointe, Musimax, 22h

***

On avait bien aimé Les acoustiques, où les Michel Rivard, Catherine Durand et autres Gilles Valiquette, en plus de jouer leurs chansons à la guitare dans le contexte intimiste des studios de MusiMax, causaient guitares et séquences d'accords, guitaristes préférés, composition à la guitare, amour de la guitare. Et, mine de rien, en disaient plus sur eux-mêmes que lorsqu'on les questionne sur eux-mêmes. Par le trou de la guitare, allez comprendre, c'est l'artiste qui résonnait.

Pareil pour le piano et sa famille, du clavecin à l'accordéon, du synthé au melodica, comprend-on: c'est fou comme le rapport à l'instrument détermine le rapport à la création.

Le constat est encore patent dans la première livraison de cette nouvelle série consacrée aux chanteurs et chanteuses s'accompagnant principalement au piano: ainsi apprend-on entre les exquises relectures pour claviers seulement des Pointant le nord, Étoile étiolée, De glace et autres Deux par deux rassemblés (celle-là jouée au clavecin, quelle beauté!) que Pierre Lapointe entretenait à l'adolescence un rapport «presque amoureux» à ses noires et ses blanches, à l'exclusion d'autres relations, et qu'il pouvait passer des nuits entières — celles qui n'étaient pas peuplées de cauchemars où ses doigts se brisaient sur les gammes... — à jouer inlassablement les deux ou trois mêmes notes. Fascinante schizophrénie du créateur, univers dans lequel l'instrument seul est l'admis et l'ami.

On vérifiera une fois de plus, dans le volet concert, que les versions ainsi ramenées à leur plus simple expression valent les orchestrées des albums et que la valeur intrinsèque des chansons n'est jamais affaire d'enrobage: le test est aussi implacable que probant, et le mélodiste qu'est d'abord Pierre Lapointe en sort magnifié. On refera l'expérience avec les les Yann Perreau, Pierre Flynn et autres... Loco Locass.