L'affaire du doc Mailloux - Le CRTC blâme la SRC

Le CRTC reproche clairement à Radio-Canada d'avoir diffusé les propos du psychiatre Pierre Mailloux sur les Noirs lors de l'émission du 25 septembre 2005 de Tout le monde en parle.

Ce blâme n'a pas d'impact réel immédiat, mais il est «versé au dossier public de la SRC», écrit l'organisme fédéral.

À la suite du passage du «doc» Mailloux à la célèbre émission, le CRTC (Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes) avait reçu une cinquantaine de plaintes provenant d'individus et de groupes variés.

Les plaignants reprochaient au doc Mailloux d'avoir tenu des propos discriminatoires et racistes envers les Noirs (ceux-ci auraient des capacités intellectuelles inférieures, selon de prétendues études scientifiques évoquées par le psychiatre). Mais ils reprochaient également à la SRC d'avoir sciemment provoqué une controverse raciale en diffusant les propos.

Dans une décision rendue hier, le CRTC a retenu le point de vue des plaignants en déclarant que Radio-Canada a enfreint l'article de sa réglementation qui proscrit les propos offensants envers certaines personnes.

On se souvient que dans le cadre de Tout le monde en parle, l'animateur Guy A. Lepage avait interrogé le docteur Mailloux sur des propos que celui-ci avait d'abord tenus à la station radiophonique CKAC.

Le CRTC estime qu'«il incombait à la SRC» de traiter du sujet «d'une manière sensible et responsable dans le cadre d'une discussion éclairée et d'une remise en question de ces idées, ce que la SRC n'a pas fait».

Le CRTC remarque que la SRC «n'a fait aucun effort pour trouver des experts qui auraient pu remettre en question les idées du doc Mailloux et toute "étude scientifique" sur laquelle il prétendait s'appuyer». Même si les autres invités de l'émission se sont opposés au psychiatre ce soir-là, ils n'avaient pas l'expertise ou la formation pour réfuter les déclarations du docteur Mailloux. «La remise en question de ses idées a donc été exprimée de façon superficielle et émotionnelle.»

Le CRTC va encore plus loin, en soutenant que «la controverse a été provoquée intentionnellement par l'animateur ou le producteur de l'émission. L'entrevue avait toutes les apparences d'un coup monté dont l'objectif était clairement d'amener le doc Mailloux à réitérer ou à confirmer des propos que l'on savait offensants, et ce, sans égard aux conséquences que cela pouvoir avoir».

Pour l'organisme fédéral, Radio-Canada aurait pu éviter de diffuser les propos offensants, puisque l'émission était pré-enregistrée.

À la direction de Radio-Canada, on prenait bonne note hier de la décision du CRTC, mais on répétait les trois principaux arguments justifiant la diffusion des propos du docteur Mailloux: le fait que Tout le monde en parle n'est pas une émission d'affaires publiques et n'est donc pas assujettie aux mêmes règles de traitement de l'information; le fait que les propos du docteur Mailloux n'ont pas été appuyés par l'animateur ou par Radio-Canada; le fait que l'émission a «continué à alimenter un débat public concernant des affirmations faites auparavant par le doc Mailloux à CKAC», selon un porte-parole de Radio-Canada.