À voir à la télévision le jeudi 28 septembre - Des bulles et des villes

L'idée de base est originale: rencontrer, un peu partout sur la planète bédé, des dessinateurs dans le milieu naturel de leur ville pour les faire parler de leurs créations et donner des allures touristiques à leur environnement (l'action se déroule à Canal Évasion, après tout).

Fort d'une première saison remarquée, y compris pour ses imperfections, l'émission Bédé Cité revient donc cet automne pour un deuxième service, avec un arrêt cette semaine au Québec, où Tristan Demers, le capitaine du navire, a décidé de faire escale.

Dans la Vieille Capitale, l'homme qui a créé Gargouille et la très récente série Cosmos Café y rencontre son amie Line Arsenault, la femme derrière La Vie qu'on mène. Une occasion provoquée pour évoquer la charge critique, paraît-il, de son oeuvre. Le tout, du sommet de l'observatoire du Complexe G, ce qui ne gâche rien.

D'un village à un autre, Demers saute ensuite au Bic, près de Rimouski, dans le bas du fleuve, où l'attend Vincent Rioux dans l'ancienne Caisse pop devenue désormais sa maison... et l'atelier où il a fait naître sa formidable série Tard dans la nuit.

Au bord du fleuve, dans le vieux cimetière du village où, au sommet d'une colline, la balade, on s'en doute, est fascinante. Et la découverte de ce VoRo — c'est son nom d'artiste — est fort pertinente, on s'en doute, pour mieux saisir son univers graphique, qui semble faire complètement capoter la France, pour qui il bosse désormais «pour pouvoir vivre de la bédé au Québec», dit-il.

Avec ses lignes épurées (faute de budget, sans doute), cet autre chapitre de Bédé Cité participe agréablement à la construction de cette aventure à travers le monde — surtout le monde européen. Aventure où bulles, phylactères et surtout lenteur de plans de coupe parfois interminables dominent. Histoire de stimuler sans doute le goût de l'évasion. BD Cités / Québec et Rimouski, Évasion, 19h