À voir à la télévision le mardi 26 septembre - La part des lionnes

Le titre seul semble une invitation à changer de chaîne. Cette fosse laisse sceptique. Mais bon, l'émission existe depuis deux ans et on finit par s'habituer à son appellation contrôlée mais mal trouvée.

La nouvelle mouture ne conserve que Johane Despins du trio originel. La pro est maintenant appuyée par Marie-Soleil Michon et Caroline Proulx, la première ayant déjà coanimé En attendant Ben Laden, la seconde étant passée par les relations publiques et la radio.

Pour le reste, c'est la même formule, ou presque. Les trois lionnes livrent en direct une revue de l'actualité, mènent des entrevues, critiquent des spectacles, échangent leurs points de vue sur tout et rien, toujours avec «un regard différent et personnel», comme le résume le document promotionnel. Suzanne Lévesque (lundi, mardi et jeudi), Janette Bertrand (mercredi) et Boucar Diouf (vendredi) appuient à tour de rôle les animatrices.

Le résultat laisse parfois aussi perplexe que le titre. Au fond, cette émission concentre et expose de manière très crue la confondante habitude des médias de tout traiter sur un pied d'égalité, l'anorexie des jeunes filles comme la dernière couleur à la mode, la crise humanitaire au Darfour comme la prochaine création du Cirque du Soleil. Avec, à l'arrivée, le détachement cynique comme réponse possible devant la grande équivalence des grands et petits problèmes du monde.

Mais bon, à ce compte de la mithridatisation, tous les médias encyclopédiques, bourrés de commentaires à chaud, se valent, ou presque — y compris Le Devoir, mea culpa. Finalement, les lionnes ne font donc pas plus mal leur travail que bien d'autres chiens de garde de la grande fosse...

La Fosse aux lionnes, Radio-Canada, 23h30