Tempête à la CBC

Photo: Agence Reuters

CBC, le réseau anglais de Radio-Canada, est pris dans la tourmente: la chaîne présentera cet été à 22h une émission américaine de télé-réalité en lieu et place du bulletin de nouvelles The National, ce qui lui attire une pluie de critiques.

CBC a annoncé il y a quelques jours que, du 18 juillet à la mi-septembre, elle repoussera à 23h The National pour diffuser à 22h The One: Making of a Music Star, une nouvelle émission de télé-réalité américaine de la chaîne ABC, où de jeunes musiciens sont en compétition pour pouvoir enregistrer un disque.

The National sera déplacé une fois par semaine, le mardi soir. CBC affirme qu'elle tente ainsi de «construire un auditoire» pour l'émission, puisqu'elle prévoit offrir elle-même, cet automne ou cet hiver, une version canadienne de The One.

Le déplacement du National se produira sur les territoires du Québec et de l'Ontario, mais les Maritimes et l'Ouest seront épargnés.

La décision de CBC ne pouvait plus mal tomber, puisqu'un comité du Sénat canadien rendrait public mercredi un rapport sur les médias au pays, rapport dans lequel les sénateurs plaident pour que le mandat de Radio-Canada soit mieux défini et pour que la télévision publique cesse de faire concurrence au secteur privé.

Le rapport critique également l'obsession des cotes d'écoute à CBC, tout en déplorant que le gouvernement ait diminué le budget de Radio-Canada au fil des ans. La ministre du Patrimoine, Bev Oda, prévoit d'ailleurs mettre sur pied cette année un comité d'experts pour revoir le mandat de Radio-Canada.

L'affaire du National devient donc un symbole des errements de CBC, et c'est une décision qui suscite des réactions acerbes au Canada anglais depuis deux jours.

Ainsi, l'ACTRA, une association qui représente plus de 20 000 artistes au Canada, a déclaré mercredi que cette décision était une «trahison» du mandat public de Radio-Canada.

Pour sa part, l'organisme Friends of Canadian Broadcasting, un groupe de pression, s'est dit «scandalisé» par la décision de CBC. L'organisme a enfoncé le clou en rendant publique mercredi une analyse de contenu réalisée par Canadian Media Research, qui indique que, de septembre 2003 à février 2006, la présentation d'émissions étrangères, principalement américaines, s'est accrue de 50 % sur les ondes de CBC.

Dans son édition d'hier, le Globe and Mail affirme avoir reçu de nombreux courriels de lecteurs critiquant la décision. Le journal cite d'ailleurs plusieurs personnalités qui sont en désaccord avec l'attitude de CBC, dont au premier chef l'actuel présentateur du National, Peter Mansbridge, et l'ancien présentateur-vedette, Knowlton Nash.

Dans une entrevue accordée au journal anglophone, Peter Mansbridge s'est dit excédé de voir son téléjournal sans cesse déplacé pour différentes raisons, donnant comme exemples les parties de hockey, les championnats de patinage artistique et les Jeux olympiques. «Il y a eu des occasions au printemps, explique-t-il, où je parlais à des correspondants étrangers qui risquaient littéralement leur vie sur le terrain pour nous, et je devais leur dire que nous n'avions plus de temps pour diffuser leur reportage (à cause des changements d'horaire). The National est l'émission la plus importante du réseau et elle devrait être protégée.»

Pour sa part, Knowlton Nash a exprimé son «inquiétude» devant la décision de CBC, déclarant que The National est l'émission la plus importante du réseau public et qu'«on ne peut pas jouer avec elle sans risques».

À voir en vidéo