«Fragments»: chronique douce-amère sur l’amitié

De gauche à droite, James Hyndman, René-Richard Cyr et Céline Bonnier dans la série «Fragments».
Photo: Radio-Canada De gauche à droite, James Hyndman, René-Richard Cyr et Céline Bonnier dans la série «Fragments».

Ne souhaitant plus raconter d’histoires de meurtres ni d’enquêtes policières, Serge Boucher a eu l’envie d’écrire une série plus intime, où il remettrait l’humain à l’avant-scène. Réalisée par Claude Desrosiers et produite par André Dupuy pour Amalga, Fragments met ainsi en scène un groupe d’amis qui se reforme 35 ans après de tristes événements.

« Je ferme une boucle, a dit l’auteur lors d’une table ronde suivant la projection des deux premiers des dix épisodes de Fragments. Il y a une parenté avec Aveux dans le thème ; je me rappelle la dernière phrase de Marie-Ginette Guay : “on peut-tu s’aider ? ”. Fragments, c’est le rapport à l’autre, l’autre dont nous avons besoin pour vivre, l’humain au coeur de nos vies. »

Jeunes, Jacynthe (Camille Felton), Marlène (Carla Turcotte), Paul-André (Étienne Courville) et François (Alexis Déziel) formaient un groupe d’amis inséparables, le quatuor de Victo — clin d’oeil au chef-d’oeuvre de Lawrence Durrell, Le quatuor d’Alexandrie, ensemble de quatre romans (Justine, Balthazar, Mountolive et Cléa). Or, la vie sépare les gens qui s’aiment…

Une trentaine d’années plus tard, Marlène (Céline Bonnier), professeure de sciences politiques, et Paul-André (René Richard Cyr), auteur de la populaire télésérie Hasards, forment avec Renaud (Luc Guérin), restaurateur, un solide trio qui veille sur le fragile Tomas (Félix-Antoine Duval), fils de Jacynthe, décédée depuis longtemps. Père de Céleste (Schelby Jean-Baptiste), enseignante au primaire, et d’Édouard (Irdens Exantus), aspirant artiste, François (James Hyndman), chirurgien, vient de perdre sa femme, Sylvie (Dominique Leduc). Le hasard amène François à croiser Marlène, son premier amour, et Renaud, qu’il croit être le mari de Marlène.

« Ce n’est pas un hasard si la série de Paul-André s’appelle Hasards… », lance Serge Boucher à propos de son alter ego, qui se lance dans l’écriture d’un roman à la fin du premier épisode qu’il dédie à ses « amours vivants » et à ses « amours morts », laissant deviner ce que l’avenir lui réserve.

Souvenirs tangibles

 

Pour les besoins de la fiction, Serge Boucher a puisé dans ses souvenirs de jeunesse. Ainsi, l’auteur s’est servi de la remarque d’un bibliothécaire lui remettant l’exemplaire d’Hosanna suivi de La duchesse de Langeais qu’il avait commandé pour la scène où François fait la connaissance de Jacynthe, de Marlène et de Paul-André à la bibliothèque.

« À la télé, on célèbre les auteurs, mais les auteurs ne se mouillent pas. J’ai donc pensé faire quelque chose de plus personnel. Le grand plaisir de cette scène, c’est qu’il y a un fond de vrai ; le bibliothécaire m’avait dit “mon Dieu, tu lis ça, toi, la tapette à Tremblay !”. Après, on entre dans la fiction des personnages. »

Afin de mettre en scène ce récit d’amitié où l’on passe du passé au présent et du présent au futur rapproché, Claude Desrosiers a choisi de faire apparaître les personnages dans leurs souvenirs de jeunesse. « Il y avait beaucoup de passé, et j’aimais que le présent soit dans le passé, qu’on ne perde pas toute l’énergie que le personnage du présent apporte dans le passé. C’est une façon d’être très présent dans le souvenir », explique le réalisateur.

Dès la première scène, Paul-André pose ainsi un regard teinté de mélancolie sur le jeune quatuor qui parle d’avenir : « Le but n’était pas d’apporter de la mélancolie, poursuit-il, mais un côté très réel du souvenir et aussi de raconter l’histoire sans brisure. »

Avec ses personnages nimbés de mystère, son récit savamment morcelé servi par une réalisation fluide et une direction d’acteurs impeccable, Fragments séduira les fidèles du tandem Boucher-Desrosiers. Sans doute seront-ils nombreux à regretter qu’il s’agisse peut-être là d’une dernière collaboration.

« Je ne vois pas ce que j’ai à dire de plus à la télé que ce que j’ai dit avec Aveux,Apparences, Feux et Fragile, mais demain matin, je vais peut-être dire le contraire. Je suis content d’avoir fait ce que j’avais à faire. J’ai fait ce que mon ventre me disait d’écrire pour la télé. Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve, je suis un homme fatigué. »

Fragments

Les cinq premiers épisodes disponibles sur ICI Tou.tv Extra dès le jeudi 8 décembre.

À voir en vidéo