«La fabrique des pandémies»: là où tout a commencé

Mené par la comédienne Juliette Binoche, La fabrique des pandémies met ainsi en lumière le lien très concret entre notre santé et celle des écosystèmes.
Photo: Pierrot Men Mené par la comédienne Juliette Binoche, La fabrique des pandémies met ainsi en lumière le lien très concret entre notre santé et celle des écosystèmes.

En mars 2020, la COVID-19 terrifie et paralyse le monde entier. Si l’on savait depuis plusieurs semaines qu’un mal étrange avait fait son apparition dans un marché de Wuhan, en Chine, ce nouveau coronavirus ne tarde pas à se répandre comme une traînée de poudre et entraîne des décès partout sur la planète, mettant également à rude épreuve nos systèmes de santé déjà fragiles. Comment, au XXIe siècle, avec toutes les avancées scientifiques qui nous sont acquises, un virus inconnu peut-il être aussi menaçant pour nos sociétés ? Et surtout, quelle est la part de responsabilité humaine dans les pandémies, dont on prédit qu’elles seront désormais de plus en plus nombreuses ? Pour répondre à ces épineuses questions, l’autrice, journaliste et réalisatrice française, lauréate du prix Albert-Londres en 1995, Marie-Monique Robin s’est intéressée aux origines des maladies contagieuses dans un documentaire fascinant.

Mené par la comédienne Juliette Binoche, La fabrique des pandémies met ainsi en lumière le lien très concret entre notre santé et celle des écosystèmes. En détruisant la biodiversité — déforestation, monocultures, élevage intensif, etc. — pour des raisons économiques, l’activité humaine serait en effet la principale coupable de l’émergence de zoonoses, ces maladies infectieuses qui nous sont transmises par les animaux, comme Ebola et la COVID-19. Alors que la conférence de l’ONU sur la biodiversité s’ouvre le 7 décembre à Montréal, il semble que ce documentaire soit ô combien essentiel et plus que jamais pertinent.

La fabrique des pandémies

ICI Explora, lundi 5 décembre, 21 h

À voir en vidéo