La folle traversée de Philippe: un rêve inachevé

«La folle traversée de Philippe», plus qu’un simple récit de cette quête, est un documentaire saisissant sur les détours de l’existence, sur l’amour et sur le deuil.
Photo: Les Films de La Baie «La folle traversée de Philippe», plus qu’un simple récit de cette quête, est un documentaire saisissant sur les détours de l’existence, sur l’amour et sur le deuil.

Nous sommes en 2019. Le documentariste Philippe Belley ravive son rêve de toujours : parcourir les 32 kilomètres du lac Saint-Jean à la nage. C’est alors qu’il lance le défi à sa fille de 14 ans, Clara, de l’accompagner dans la réalisation de cet extraordinaire exploit. Ils ont ainsi deux ans pour s’entraîner, physiquement et psychologiquement, à relier les deux rives du lac qui s’étend à perte de vue. Si elle est une excellente nageuse, Philippe Belley, au contraire, est beaucoup moins expérimenté. Mais qu’importe, à force de détermination et de passion, celui-ci ne lâchera jamais ce parcours du combattant.

« Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point », disait justement le philosophe Pascal dans ses Pensées. En effet, jamais la pandémie, le confinement et les eaux glaciales du Pekuakami, le nom innu de ce lac « peu profond », n’auront eu raison de l’ambition de Philippe. C’est en réalité son propre corps qui l’empêchera d’atteindre son objectif. Le 12 août 2021, peu avant le jour J, Philippe Belley meurt subitement à la suite d’un malaise alors qu’il s’entraînait avec Clara au lac Clairval, près de Saguenay. Il avait 39 ans et des proches qui l’admiraient pour sa force de caractère.

La folle traversée de Philippe, plus qu’un simple récit de cette quête, est un documentaire saisissant sur les détours de l’existence, sur l’amour et sur le deuil. Sur la générosité et sur l’humanité aussi, puisque le film relate cette aventure ponctuée par de précieuses rencontres qui ont changé le cours de la vie de ce père de famille saguenéen, à jamais.

La folle traversée de Philippe

ICI Tout.tv et ICI Explora, le 28 novembre, 20 h, puis les 29 (minuit et midi) et 30 novembre (6 h)

À voir en vidéo