Le goût du risque selon Mark Boal

Les acteurs Michiel Huisman et Luke Evans dans une scène tirée de la série «Echo 3»
Photo: Apple TV+ Les acteurs Michiel Huisman et Luke Evans dans une scène tirée de la série «Echo 3»

Direction la Colombie. Après s’être notamment intéressé à la guerre en Irak et à la traque du numéro un d’al-Qaïda, Oussama ben Laden, dans Le démineur puis dans Zero Dark Thirty de Kathryn Bigelow, le scénariste américain doublement oscarisé Mark Boal explore avec Echo 3 les relations, plus complexes qu’il n’y paraît, entre les États-Unis et l’Amérique latine. « Je pense que cette situation géopolitique a besoin de plus d’attention, car elle n’est pas suffisamment exploitée par nos médias qui privilégient souvent l’actualité européenne et russe », explique le scénariste, producteur et désormais réalisateur de la série. Selon lui, la discrète implication économique de son pays chez ses voisins du Sud est d’autant plus fascinante qu’elle s’avère être un terreau fertile pour l’écriture et la création.

Echo 3 entraîne ainsi le public à la frontière entre la Colombie et le Venezuela, au coeur d’un complot et d’une guerre secrète, sur les traces d’Amber Chesborough, incarnée par Jessica Ann Collins, une scientifique de renom spécialisée dans l’étude des drogues psychédéliques et parallèlement agente secrète pour la CIA. Au beau milieu de son expédition, celle-ci va toutefois être enlevée après qu’on a découvert un appareil tactique dissimulé dans ses affaires personnelles… Sans aucune nouvelle d’elle, son frère, Bambi (Luke Evans), et son mari, Prince (Michiel Huisman), par ailleurs meilleurs amis et anciens militaires, vont alors remuer ciel et terre pour tenter de la retrouver, saine et sauve.

S’il s’agit d’une fiction originale, le récit imaginé par Mark Boal pour sa série est bel et bien ancré dans le monde réel, celui où les États-Unis ont tout intérêt à assurer leur présence en Colombie et dans toute l’Amérique du Sud. Fort de ses années d’expérience en journalisme, le cinéaste met, de ce fait, un point d’honneur à rester fidèle et authentique à l’environnement politique actuel.

« Je me demande toujours ce qui arriverait dans la vraie vie si de véritables personnes faisaient face à une situation semblable à celle de mon scénario », explique-t-il. Pour ce faire, il consacre une partie majeure du temps alloué au développement de ses projets à faire ses propres recherches, à la façon d’un reportage. « J’ai par exemple rencontré des gens qui se sont retrouvés dans des positions très délicates, des survivants et victimes de kidnapping, comme Amber Chesborough », confie le cinéaste.

Tensions et paradoxes

« J’aime lorsque mes personnages sont pris au piège de situations difficiles et compliquées. C’est à ce moment que l’on peut atteindre des émotions brutes dues aux circonstances intenses », poursuit Mark Boal. Pour Jessica Ann Collins, interpréter le drame humain que vit Amber Chesborough n’a, en effet, pas été un long fleuve tranquille. « La partie la plus difficile du tournage pour moi a été de faire face à la mortalité d’Amber. Ça a été aussi épuisant physiquement que psychologiquement et émotionnellement », se souvient l’actrice, qui a dû jongler devant la caméra avec des expériences à la fois traumatisantes et bienveillantes.

« Ce que j’aime chez Amber Chesborough, c’est qu’elle se passionne pour l’expansion de la conscience et le psychédélisme et qu’elle travaille pour la CIA en même temps. Sa curiosité intellectuelle me plaît beaucoup », indique pour sa part Mark Boal. À l’instar de sa protagoniste, Echo 3 est une série de fiction jalonnée de contradictions et d’ambivalence. « Le scénario évolue au fur et à mesure que Amber, Prince et Bambi, entre autres, dévoilent de nouvelles facettes d’eux. Je crois que les circonstances amènent mes personnages à mobiliser différentes qualités, et vice-versa », précise-t-il.

Passer de l’écriture d’un film à une série de dix épisodes a enfin été « une immense occasion » pour le cinéaste. « J’ai pu prendre le temps nécessaire pour développer l’histoire en général et y amener plus de profondeur », conclut Mark Boal, qui compare l’exercice d’Echo 3 à celui d’un journaliste de presse quotidienne qui deviendrait romancier. « Ce n’est pas une décision à prendre à la légère », dit-il en plaisantant.

Défi relevé

Après avoir atteint plusieurs fois les nominations aux Oscar grâce à ses scénarios coup-de-poing pour Kathryn Bigelow, Mark Boal avait placé la barre haut pour sa première réalisation, Echo 3. Si les quelques lignes du synopsis paraissent, de prime abord, stéréotypées à l’endroit de la Colombie — à cause de la drogue, certainement —, le résultat à l’écran impressionne tant l’histoire de cette disparition est captivante. Soulignons également la performance du trio d’acteurs Jessica Ann Collins, Luke Evans et Michiel Huisman, mais aussi celle de leurs collaborateurs sud-américains, qui apportent relief et cohérence à la série.

Amélie Revert

Echo 3

De Mark Boal. Avec Jessica Ann Collins, Luke Evans et Michiel Huisman.



À voir en vidéo