«Martine à la plage»: désir aveuglant

La Martine que l’on découvre dans cette websérie est à des lieues de la petite héroïne parfaite de votre enfance.
Photo: Radio-Canada La Martine que l’on découvre dans cette websérie est à des lieues de la petite héroïne parfaite de votre enfance.

Ne vous fiez pas au titre évocateur de cette websérie : la Martine que l’on découvre ici est à des lieues de la petite héroïne parfaite de votre enfance. Celle-ci, imaginée par Simon Boulerice, que l’on associe naturellement à ses innombrables albums et romans qui s’adressent à la jeunesse, pourrait donner froid dans le dos à quelques adultes, et très certainement à des parents de futures adolescentes….

La websérie en huit épisodes, réalisée et coscénarisée par Christian Lalumière à partir d’une pièce de théâtre de Boulerice, pièce qui a également été publiée sous forme de bande dessinée, raconte l’été singulier de Martine, 14 ans, orpheline de mère, délaissée par son père, qui n’a aucun ami, du moins pas en chair et en os. Elle préfère la solitude de son sous-sol, ou la compagnie de ses copines imaginaires, les fantômes de Jayne Mansfield et de Karen Carpenter, entre deux séjours aux toilettes pour se faire vomir. La rencontre avec son nouveau voisin, Gilbert Marcel, père de famille et optométriste, va éveiller un désir dangereusement intense chez la jeune fille, convaincue qu’elle est d’être l’objet de sa convoitise.

Cette passion dévorante, qui la mènera d’abord à sa clinique pour qu’il lui prescrive des lunettes bien nécessaires, provoquera chez elle des comportements dommageables pour sa vue et une obsession, elle qui va le pourchasser jusque sur les plages du Maine. La facture visuelle à la fois vitaminée et inquiétante, la réalisation au diapason de ce récit aux accents fantastiques et le jeu fort convaincant de la jeune Gabrielle B. Thuot dans le rôle principal constituent les principaux atouts de cette production aussi étrange qu’envoûtante.

Martine à la plage

véro.tv, dès le 10 novembre

À voir en vidéo