«High School»: la musique de l’adolescence

De douce nostalgie il est aussi question dans la série avec la musique et l’esthétique grunge empruntées aux années 1990 qui font leur retour en force depuis quelque temps.
Photo: Michelle Faye Amazon Freevee De douce nostalgie il est aussi question dans la série avec la musique et l’esthétique grunge empruntées aux années 1990 qui font leur retour en force depuis quelque temps.

High School est sans aucun doute l’une des meilleures récentes séries de Prime Video. Inspirée par les mémoires de l’iconique duo canadien Tegan and Sara, cette fiction relate la quête identitaire très queer des jumelles Quin, formidablement incarnées par Railey et Seazynn Gilliland, et leurs premiers pas dans l’univers de la musique.

Si on ne compte plus les récits initiatiques mis en images sur nos écrans, High School se distingue notamment parce qu’il offre toujours plusieurs points de vue d’un même événement et met brillamment en lumière les contradictions inhérentes à l’adolescence. Il y a les regards de Tegan et Sara, bien sûr, qui doivent — difficilement — se détacher l’une de l’autre pour forger leur propre personnalité, mais aussi la vision d’autres protagonistes de la série telle que celle de Simone, leur mère, également face à son tumulte intérieur. Celle-ci est interprétée par la comédienne Cobie Smulders, que l’on avait adoré suivre sous les traits de Robin Scherbatsky dans How I Met Your Mother dès 2005.

De douce nostalgie il est aussi question dans la série avec la musique et l’esthétique grunge empruntées aux années 1990 qui font leur retour en force depuis quelque temps. High School est ainsi baigné par une délicieuse bande sonore, où l’on retrouve tant Souvlaki Space Station de Slowdive que Kiss off de Violent Femmes et d’autres titres de Nirvana, The Smashing Pumpkins, etc. Au final, la série, qui n’est pas uniquement destinée aux fans de Tegan and Sara, séduit par son audace et son charme fou.

High School

Prime Video, dès le 28 octobre

À voir en vidéo