Sur vos écrans: question de perspective

Une scène du documentaire «Louis Armstrong’s Black & Blues».
Photo: Apple TV+ Une scène du documentaire «Louis Armstrong’s Black & Blues».

Chasse au trésor

 

Les animateurs Evelyne Charuest et Corey Loranger ont une nouvelle mission : aider plusieurs Canadiens francophones à trouver le logement de leur rêve dans l’endroit de leur rêve. À mi-chemin entre une émission de téléréalité et un carnet de voyage, Quartier recherché sillonne ainsi le pays d’un océan à l’autre et fait escale dans neuf grandes villes, comme Québec, Vancouver et Calgary. Après avoir cerné les besoins et les envies de futurs propriétaires et sélectionné un quartier coup de coeur, Evelyne Charuest et Corey Loranger, épaulés par des courtiers immobiliers, dénichent chacun une perle rare qu’ils doivent présenter aux participants. Au terme de cette compétition très amicale, les acheteurs doivent ne retenir qu’un logement et faire une offre qui sera acceptée ou non, loi du marché oblige…

Le spectateur, cependant, se trouve bien vite face à l’implacable réalité. Dans l’épisode qui porte sur les quartiers très prisés du Mile End et d’Outremont à Montréal, on constate en effet qu’il faut actuellement débourser quelque 750 000 $ pour un appartement de deux chambres à coucher. Sans surprise, on note que les frais de condo à Toronto s’élèvent à environ 650 $ par mois pour un trois et demie, qui vaut en moyenne près de 900 000 $. Alors que Quartier recherché promet de mieux comprendre la situation immobilière au Canada, on peut regretter que ni le phénomène d’embourgeoisement ni les raisons qui font bondir les prix ne soient davantage expliqués ou vulgarisés. Il faut donc regarder Quartier recherché pour ce que c’est, à savoir un agréable divertissement qui permet de découvrir des lieux à l’histoire et à l’architecture intéressantes, mais que beaucoup n’auront jamais les moyens d’acheter.


Quartier recherché
Unis TV, dès le jeudi 27 octobre à 19 h

 

Portrait du grand Louis Armstrong

 

Sacha Jenkins fait une incursion inédite dans la constellation Louis Armstrong. Son long métrage documentaire Louis Armstrong’s Black & Blues est un brillant hommage au timbre de voix unique de ce musicien de jazz avant-gardiste, virtuose de la trompette dont les expressions du visage sont inoubliables, à son militantisme pour les droits civils des Afro-Américains, mais, surtout, à l’homme qu’il était, tout simplement.

Pour ce faire, le réalisateur a eu recours aux radiojournaux confidentiels que Louis Armstrong a enregistrés au long de sa vie et à une pléthore d’images d’archives qui, combinées, dessinent une silhouette singulière. Des témoignages de ses proches et de ses contemporains ajoutent, de surcroît, une note intimiste à ce film drôlement touchant.


Louis Armstrong’s Black & Blues
Apple TV+, dès le 28 octobre

 

Rendre à Jumbo ce qui appartient à Jumbo

 

Beaucoup connaissent Dumbo, l’éléphant fictif imaginé par l’autrice Helen Aberson et mis en images par les studios Disney au tournant des années 1940, mais qu’en est-il du pachyderme Jumbo ? L’éléphant le plus célèbre et le plus grand du monde, dit-on, arrive à New York en 1882 depuis la savane africaine. S’il a parcouru le monde comme attraction principale du cirque Barnum & Bailey, son existence reste encore bien mystérieuse. Particulièrement, c’est sa mort au Canada qui intrigue les chercheurs. Jumbo a-t-il succombé à la tuberculose ? Son décès n’était-il qu’un sordide complot ? Le documentaire Jumbo : la vie d’un éléphant vedette propose de suivre l’équipe qui a examiné les ossements de l’animal — dont le crâne pèse plus de 150 kilos — conservés au Musée américain d’histoire naturelle afin d’offrir une nouvelle perspective sur son destin.


Jumbo : la vie d’un éléphant vedette
ICI Télé, le 22 octobre à 22 h 30

À ne pas manquer

«L’Évadé : L’étrange affaire Carlos Ghosn»: de « héros » à fuyard

Quelques mois avant la pandémie, la saga entourant la disparition de Carlos Ghosn, qui s’est avérée être en fait une fuite digne d’un film hollywoodien, a fait les manchettes et piqué la curiosité de plusieurs qui ignoraient tout de la réputation de redoutable « réducteur de coûts » au sein du constructeur automobile Renault-Nissan. Ce documentaire raconte l’ascension et la chute de ce dirigeant longtemps glorifié, tombé en disgrâce après une inculpation pour utilisation de fonds de son entreprise à des fins personnelles, puis devenu célèbre pour sa fuite, alors qu’il s’était caché dans une malle….

Netflix, dès le 26 octobre​


À voir en vidéo