Moment embarrassant à «Tout le monde en parle»

Le passage à Tout le monde en parle de Lisa Ray, la fille de l’ex-magnat de la construction Tony Accurso, continue de faire réagir. Qualifiée de confuse et de « malaisante », cette entrevue illustre les risques du direct, selon la production, qui ne regrette pas pour autant d’avoir fait de la place à la femme d’affaires sur son plateau dimanche soir. Pas question d’ailleurs de revenir à une formule enregistrée et montée pour éviter qu’un tel moment d’inconfort se reproduise.

« Pour des gens qui n’ont pas l’habitude des médias, c’est vrai que ça peut être intimidant un plateau comme Tout le monde en parle. Mais il faut prendre des risques. On ne peut pas toujours voir les mêmes têtes. […] Depuis qu’on est en direct, il y a deux ans et demi, on a dû recevoir 350 invités et, à ma connaissance, c’était la première fois que ça arrivait. C’est une assez bonne moyenne », a fait valoir Guy A. Lepage en entrevue au Devoir.

Contrairement à ce que certains ont pu comprendre, l’animateur et coproducteur de l’émission assure que Mme Ray n’est pas entrée en ondes à la dernière minute, à son initiative, sans avoir à faire de préentrevue. Même si la venue de Lisa Ray a en effet été annoncée quelques heures avant l’émission, sa présence était prévue depuis « une couple de jours », indique Guy A. Lepage.

Il est vrai que la fille de Tony Accurso, qui a changé son nom de famille il y a trois ans, est entrée en contact avec l’équipe de Tout le monde en parle. Mais elle a dû s’entretenir au préalable avec une recherchiste, comme n’importe quel invité. Lors de cette préentrevue, elle a expliqué entre autres n’avoir rien à voir avec l’incendie criminel qui a ravagé sa maison de Deux-Montagnes la semaine dernière. Son point de vue a semblé assez crédible et cohérent pour que l’équipe croie opportun de l’inviter dimanche soir.

« La préentrevue s’était très bien passée. Je m’attendais à ce qu’elle explique les raisons pour lesquelles elle se sentait injustement visée. Et je pense que c’est ce qu’elle voulait dire. Mais j’ai l’impression que le fait de se retrouver en direct à Tout le monde en parle l’a rendue confuse », avance Guy A. Lepage, qui soutient par contre avoir pu lui poser toutes les questions qu’il souhaitait.

Flou

 

À demi-mot, l’ex-membre de RBO admet cependant ne pas avoir eu toutes les réponses qu’il attendait. Et pour cause, la femme d’affaires s’est montrée évasive à plusieurs moments au cours de l’entrevue, notamment lorsqu’elle a été interrogée sur les liens qu’elle entretient avec son illustre père, déclaré coupable en 2018 de fraude et de corruption notamment. Quand il a été question de son changement de nom, par exemple, elle s’est lancée dans une longue réponse, davantage de l’ordre de la croissance personnelle.

« En 2012, quand tout a éclaté […] Je suis comme tombée dans le vide. Ça a été le début d’une énorme transformation pour moi. […] Avant, je n’étais pas capable d’avoir un enfant. Aussitôt que c’est parti, j’ai eu un enfant. Ça, ça a été un premier miracle. Après, j’ai fait beaucoup de formations de croissance personnelle, j’ai rencontré des gens. Avant 2012, [il y avait] Lisa Accurso et, à partir de 2012, j’ai commencé une transformation en tant que femme », a expliqué celle qui n’est plus impliquée dans l’empire familial.

Selon sa page LinkedIn, Lisa Ray est à la tête depuis 2016 d’une entreprise d’aliments surgelés, MS3 Food, dont le site Internet n’est cependant pas fonctionnel. Plusieurs personnes ont laissé entendre sur les réseaux sociaux que la fille de Tony Accurso s’était invitée sur le plateau de l’émission pour se mettre en valeur, plutôt que pour parler de l’incendie, sur lequel elle avait finalement peu de choses à dire.

« Si tel est le cas, il semblerait que ça n’a pas fonctionné, d’après ce que je comprends », précise Guy A. Lepage, en faisant allusion aux déluges de réactions négatives qui ont suivi la diffusion de l’émission dimanche soir.

« Vraiment pas clair de comprendre quel est l’intérêt de la fille d’Accurso d’être à [Tout le monde en parle] à part passer à la [télé] » a même écrit sur Twitter l’ancien fou du roi de l’émission, Dany Turcotte, durant l’émission. Présent sur le plateau de Tout le monde en parle dimanche soir pour faire la promotion de son nouveau documentaire, l’animateur Paul Arcand est revenu lors de sa revue de presse lundi matin sur son passage à l’émission la veille, qualifiant l’entrevue avec Mme Ray de « psychotronique » et relatant « un profond malaise » en studio.

Pas de montage

 

« C’est vrai que ce n’était pas l’entrevue du siècle », reconnaît Guillaume Lespérance, l’autre producteur de Tout le monde en parle, joint par Le Devoir lundi.

Guillaume Lespérance admet que ce moment de télévision aurait sans doute paru moins pénible si l’émission était encore tournée le jeudi et montée durant la fin de semaine avant la diffusion. Mais il exclut un retour au concept original. Le direct, adopté durant la pandémie pour mieux se coller à l’actualité changeante, est là pour de bon, quitte à prendre le risque de donner la parole à des invités qui dévient de leur trajectoire.

« Tout bouge tellement vite maintenant. Il se passait tellement de choses entre le jeudi et le dimanche que c’était le festival des ajustements et des corrections. Avec le direct, c’est sûr qu’une entrevue comme celle-là va arriver à nouveau, mais c’est le risque à prendre », tranche le producteur, qui dit n’avoir aucun reproche à faire à son équipe de recherchistes dans cette histoire.

Lisa Ray n’a pas donné suite à nos appels lundi.

À voir en vidéo