«Du côté des hommes»: l'homme qui murmurait à l'oreille des mâles

Le réalisateur Jean Roy et Dany Turcotte pour la nouvelle émission qui explore la masculinité.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Le réalisateur Jean Roy et Dany Turcotte pour la nouvelle émission qui explore la masculinité.

« Il y a un malaise chez les hommes et on en parle peu », dit d’emblée Dany Turcotte. Plus d’un an et demi après sa démission retentissante de Tout le monde en parle, celui-ci amorce un retour médiatique sobre en animant Du côté des hommes, une série documentaire de Savoir média qui tente de définir la masculinité québécoise actuelle.

« Ne cherchez pas les blagues, il n’y en a pas », explique l’ancien fou du roi de Guy A. Lepage, qui a pris à bras-le-corps ce sujet « drôlement important ». Il estime qu’en 2022, aborder publiquement la masculinité est nécessaire pour comprendre d’où viennent les conséquences — haine sur les réseaux sociaux, mouvement #MoiAussi, etc. — d’un malaise latent.

« Les problèmes sont partout et je constate que les hommes sont bien mal en point. En tant qu’homosexuel, je trouvais aussi très intéressant d’explorer la masculinité », poursuit l’animateur qui a été choisi par Jean Roy, le réalisateur de Du côté des hommes, justement parce qu’il n’est pas associé à une masculinité toxique et qu’il n’a pas peur d’exprimer ses émotions. Rappelons à ce propos qu’en février 2021, Dany Turcotte avait préféré se retirer de Tout le monde en parle après avoir posé une question inappropriée à Mamadi Camara, accusé à tort d’avoir agressé un policier.

Le déferlement de la tempête médiatique qui a suivi l’avait, à l’époque, grandement « perturbé » et convaincu de prendre un pas de recul. « J’étais en pré-burn-out. Ce que je vivais était troublant. J’ai enduré la haine pendant un certain temps, et puis ça n’a plus été possible », se souvient-il sans détour.

La pointe de l’iceberg

Aujourd’hui, Dany Turcotte confie aller mieux et se permet de plaisanter : « Mais les gens en colère sont nombreux ! Je le sais, car ils m’écrivent encore tous sur les réseaux sociaux ! » Selon lui, le cocktail de frustrations et de silences propre aux hommes de façon générale finit par créer « un cancer émotionnel », néfaste à plusieurs égards, tant dans les sphères intimes que publiques. « Je suis content d’en apprendre davantage sur l’origine de nos maux », se réjouit-il.

Du manque d’éducation à la peur de consulter pour des problèmes de santé mentale, le documentaire joue en effet cartes sur table en matière de masculinité. « À l’école, les garçons éprouvent plus de difficultés en lecture que les filles, et il n’y a que 50 % des jeunes hommes qui vont au cégep, contre 75 % pour leurs camarades féminines », souligne Jean Roy, visiblement étonné par les découvertes qu’il a faites pendant le tournage de sa série. « À long terme, je ne sais pas ce que ça va donner… renchérit Dany Turcotte. Plusieurs hommes sont sur la voie de garage. Par manque d’éducation, ils n’ont pas suivi les évolutions et ils ne savent pas comment réagir. »

Lorsqu’il compare le pendant féminin de Du côté des hommes, 50 ans d’avancées des femmes, qu’il a réalisé en 2020, Jean Roy ne cache pas non plus sa surprise quant au manque flagrant d’experts et d’études consacrées spécifiquement à la masculinité. « Nous avons dû chercher longtemps pour trouver les bonnes personnes et les ressources adaptées », indique le réalisateur, qui s’inquiète du fait que les hommes, mal informés, persistent à se reposer sur leurs acquis.

Quelle place pour la masculinité en 2022 ?

« Je pense assurément qu’il y a des masculinités à refaire », constate désormais Jean Roy, après avoir pu sonder les enjeux auxquels les hommes sont confrontés. Il croit ainsi que, même si la masculinité est multiple, mouvante et semble avancer dans la bonne direction, la plus « traditionnelle » d’entre elles continue malgré tout à causer des dégâts, tant chez les jeunes que chez les plus âgés. « Elle tue encore », soulève-t-il.

Et parce qu’un spécialiste rencontré dans sa série documentaire affirme que tout être humain qui souffre a le droit d’être traité et que certains hommes sont visiblement en détresse, Jean Roy est convaincu que Du côté des hommes a sa place dans les médias. « Ne serait-ce que pour ouvrir la discussion entre hommes », précise-t-il.

De son côté, Dany Turcotte doute que les critiques susceptibles d’émerger après la diffusion de ce documentaire destiné aux hommes, sans être exclusif, au contraire, soient justifiées. « En tant qu’homme, je pense que nous avons aussi le droit qu’on se penche sur nos problèmes. »

Pour lui, plus il y aura de dialogue entre les hommes et les femmes, plus la situation évoluera dans le bon sens. Il fait par ailleurs remarquer que le changement de mentalité qui semble apparaître est très lent, car « tout part de l’éducation, et ces choses qui sont incrustées dans nos cerveaux depuis longtemps sont maintenant comme des fossiles ».

Enfin, conscient de faire partie des générations frileuses à débattre de ce qui dérange, Dany Turcotte souhaite plus que jamais faire oeuvre utile lors de ses passages télévisés. « Je me lance dans des projets qui me tentent et qui m’enseignent beaucoup, mais qui me permettent aussi de m’amuser. » Se voit-il dorénavant comme un documentariste ? « On dirait bien », avertit, en autodérision, Dany Turcotte, alors qu’il prépare une émission qui lui tient à coeur sur le vieillissement des personnes LGBTQ+.

Du côté des hommes

Savoir média, dès le 11 octobre

À voir en vidéo