Le jour où Xavier Dolan s’est mis aux séries et autres immanquables

Julie Le Breton dans la série «La nuit où Laurier Gaudreault s'est réveillé», dont Xavier Dolan proposera avant la fin de l’année sa propre version sur Club Illico.
Photo: TVA Julie Le Breton dans la série «La nuit où Laurier Gaudreault s'est réveillé», dont Xavier Dolan proposera avant la fin de l’année sa propre version sur Club Illico.

De l’adaptation télévisée de La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé, on ne sait pas encore tout. Alors que la pièce de théâtre de Michel Marc Bouchard était présentée au Théâtre du Nouveau Monde en 2019, Xavier Dolan proposera avant la fin de l’année, vraisemblablement cet automne, sa propre version sur Club Illico.

Aucune bande-annonce n’a pour l’instant été dévoilée, mais les quelques clichés publiés récemment sur les réseaux sociaux montrent un cinéaste de retour devant et derrière la caméra. Il est notamment accompagné par une partie de la distribution originale de ce drame familial vue sur les planches du TNM il y a trois ans, dont Julie Le Breton et Magalie Lépine-Blondeau. Rappelons que Xavier Dolan avait déjà porté à l’écran une oeuvre du dramaturge québécois avec le long métrage Tom à la ferme, sélectionné à la Mostra de Venise en 2013.

La force au féminin

 

Rebecca Makonnen met le public en contact avec des Québécoises expatriées dans Les ambassadrices (ICI TÉLÉ, le samedi à 21 h dès le 17 septembre). Au micro de l’animatrice, une douzaine de femmes, par exemple Farah Alibay, ingénieure en aérospatiale à la NASA, ou encore Katheline Jean-Pierre Coleman, directrice du Service des ventes et des affaires de Google, évoquent leur parcours hors normes qui les a poussées à quitter la province, mais aussi leur vision de l’exil et du mélange des cultures.

Dans le documentaire Janette et filles (Télé-Québec, le 12 octobre), Léa Clermont-Dion se penche sur la vie et le combat pour l’égalité des sexes au Québec de Janette Bertrand, aujourd’hui âgée de près de 100 ans. Guylaine Tremblay, Martine Delvaux, Noémi Mercier ou encore Kim Lizotte y évoquent l’influence qu’a eue l’artiste et journaliste sur elles.

Sur les traces d’Anachnid (ICI TÉLÉ, le samedi 10 décembre) prend pour sa part la forme d’un road trip télévisuel où l’autrice-compositrice-interprète, Anachnid, oji-cree basée à Montréal, s’entretient avec d’autres musiciens.

En mouvement

 

Climat déréglé, santé en danger (Télé-Québec, le mercredi 28 septembre à 20 h) est de ces documentaires qui alertent toujours plus fort et qui interrogent : bien que la crise des changements climatiques ait déjà des conséquences directes sur notre santé mentale et physique, les gouvernements provincial et fédéral ne semblent pourtant pas prêts à prendre les mesures adéquates…

Sur un autre ton, la série documentaire en quatre épisodes La plus belle province (VRAI, le mardi dès le 20 septembre), réalisée par Guillaume Sylvestre et mise en mots par Denys Arcand, dépeint avec fougue ce qui façonne actuellement le Québec et n’oublie pas, au passage, de mentionner les Français du Plateau Mont-Royal.

De son côté, le professeur Laurent Turcotoffre un bilan de santé complet et insolite de la science dans La folle histoire de la médecine (ICI EXPLORA, cet automne). Il revient ainsi avec une bonne dose d’humour sur les soins prodigués, depuis Hippocrate à nos jours.

La fin de l’automne sera également marquée par Après le déluge (Crave, à partir de décembre), une série de fiction de Mara Jolyqui s’intéresse au personnage de Maxime Salomon (Penande Estime).

Pour leur éviter un casier judiciaire, cette policière prend en charge quatre jeunes en difficulté et les initie, malgré les mises en garde de son entourage, aux MMA (arts martiaux mixtes), un sport de combat violent loin de faire l’unanimité. À noter que France Castel, Marilyse Bourke, Karl Walcott, Émile Schneider et Jean-Moïse Martin sont aussi de la distribution.

Ne pas perdre le nord

 

Cet automne, La Fabrique culturelle promet de nous mettre l’eau à la bouche avec Saveurs : à la rencontre des cuisines autochtones, une série de trois capsules disponibles sur son site Internet (lafabriqueculturelle.tv). Plusieurs savoir-faire des Premiers Peuples, allant de la pêche au homard à la chasse aux outardes en passant par la cueillette d’algues, seront, entre autres, mis en avant.

Trouver le Nord (Vrai, à partir d’octobre) est quant à lui un documentaire en huit parties réalisé par Michel Johnson. À travers le quotidien d’un aventurier et de sa famille installés au milieu des paysages grandioses d’Iqaluit, on suit les défis de toute une population.

Photo: Vrai Une scène du documentaire «Trouver le nord», diffusé cet automne sur Vrai.

Grâce aux récits de Michel Jean, Jani Bellefleur-Kaltush et Magalie Lapointe, Face au diable de la Côte-Nord (Vrai, à partir de novembre 2022) déconstruit le parcours du controversé missionnaire Alexis Joveneau. Celui-ci est connu pour avoir édité les premiers ouvrages en innu-aimun, mais aussi pour avoir commis des abus (sexuels, physiques, psychologiques et financiers) au sein de la communauté innue.

La famille dans tous ses états

 

La production acadienne Garde partagée (Unis TV, le mardi à 19 h dès le 20 septembre) est une comédie à sketchs — qui en compte par ailleurs près de 200 — de Christian Essiambre qui explore la réalité des parents qui se partagent la garde de leurs enfants. Esprit loufoque et situations déjantées permettent ainsi d’aborder différentes facettes de la vie des familles monoparentales ou recomposées, à la maison, au travail, à l’école, à la garderie ou lors des moments de détente au parc ou au restaurant.

Dans un registre opposé, les auteurs Anne Boyer et Michel d’Astous se sont penchés sur la santé mentale avec le parcours complexe mais lumineux d’une femme qui vient de sortir de prison.

Dans la fiction Ma mère (TVA, le mardi à 20 h dès le 8 novembre), Chantal, interprétée par Chantal Fontaine, a en effet reçu à 58 ans un diagnostic de trouble bipolaire pendant son incarcération. Malgré des relations conflictuelles avec ses enfants, dont Valérie (Marilyn Castonguay), elle emprunte toutefois une nouvelle voie vers la reconstruction et la guérison.

Enfin, Coeurs migratoires (Canal Vie, le mercredi à 20 h dès le 2 novembre) est une série documentaire qui invite les téléspectateurs à considérer les écueils, comme l’attente d’un visa, l’adaptation à une vie nouvelle et le multiculturalisme, rencontrés par les couples dont l’un des conjoints est un nouvel arrivant au Canada.

À voir en vidéo