«Gutsy»: les femmes ont du cran

À travers leurs récits personnels et collectifs, les intervenantes, qu’elles soient citoyennes, journalistes, activistes ou clowns, racontent comment leur vision et leurs actions ont contribué à rendre nos sociétés plus inclusives.
Photo: Apple TV+ À travers leurs récits personnels et collectifs, les intervenantes, qu’elles soient citoyennes, journalistes, activistes ou clowns, racontent comment leur vision et leurs actions ont contribué à rendre nos sociétés plus inclusives.

Hillary Rodham Clinton et Chelsea Clinton adaptent leur ouvrage à succès The Book of Gutsy Women dans une série documentaire où elles discutent avec plusieurs pionnières de sujets essentiels, comme la lutte contre les armes à feu, la peine de mort et la complexité d’être une femme dans des milieux masculins. À travers leurs récits personnels et collectifs, les intervenantes, qu’elles soient citoyennes, journalistes, activistes ou clowns, racontent comment leur vision et leurs actions ont contribué à rendre nos sociétés plus inclusives.

Dans Gutsy, le duo mère-fille rencontre notamment Kim Kardashian — qui a récemment entamé des études en droit — pour parler du monde de la justice et de l’importance des secondes chances. La femme d’affaires, qui est aussi l’une des personnalités les plus influentes des réseaux sociaux, livre un témoignage très intéressant, bien loin de l’image inconsistante que ses détracteurs lui prêtent.

Pour sa part, la juge Abby Abinanti, de la réserve Yurok, située dans le nord de la Californie, évoque l’importance d’encourager l’esprit de communauté et de prendre en charge les personnes aux prises avec des dépendances, plutôt que de les punir. De son côté, la mannequin Quannah Chasinghorse parle de son statut de modèle pour les jeunes Autochtones. Puis, la Dre Jane Goodall confie à Chelsea Clinton, entre deux éclats de rire, que la résilience de la nature est l’une des raisons de croire en un avenir meilleur.

Gutsy

Apple TV+, dès le 9 septembre

À voir en vidéo