«Mike»: conquêtes et coups bas

À la frontière entre la fiction et la fausse série biographique, «Mike» narre les affres d’un boxeur autodestructeur et tourmenté.
Photo: Patrick Harbron Hulu À la frontière entre la fiction et la fausse série biographique, «Mike» narre les affres d’un boxeur autodestructeur et tourmenté.

La première séquence de la minisérie Mike reconstitue sous nos yeux l’un des incidents les plus invraisemblables de l’histoire de la boxe. En 1997, lors du championnat des poids lourds de la WBA, Mike Tyson arrache avec les dents un morceau de l’oreille d’Evander Holyfield. Le public présent à Las Vegas est médusé par ce qui vient d’assister, tandis que les images filmées par les caméras font le tour du monde, précipitant la chute de celui qui a dominé le monde de la boxe pendant plusieurs années.

Après cette brève présentation coup-de-poing, la série prend son erre d’aller sur les planches du Majestic Theatre de Broadway, endroit où l’ancien champion s’est donné plusieurs fois en spectacle avec Mike Tyson: Undisputed Truth, racontant maladroitement les étapes de sa vie. Cette fois-ci, Tyson est interprété par Trevante Rhodes (Moonlight), qui arpente une scène sombre tout en revenant sur les grands moments de son existence, le tout accompagné de retours en arrière et d’extraits de combats sur les rings.

Notons que cette émission non autorisée produite par Hulu a déjà fait parler d’elle, et ce, avant même sa diffusion le 25 août chez nous sur la plateforme Disney+. Mike Tyson est récemment monté au créneau pour dénoncer la série de huit épisodes qui s’est faite sans son accord. Un gros coup de pub inespéré pour les producteurs et certainement non voulu par l’ancien boxeur. Les raisons de cette colère demeurent financières, puisque la série dramatique créée par Steven Rogers (I, Tonya) raconte ce que l’on connaît déjà du personnage. Rien de nouveau sous le soleil, donc.

Mauvais garçon

 

À la frontière entre la fiction et la fausse série biographique, Mike narre les affres d’un boxeur autodestructeur et tourmenté, de sa jeunesse au coeur de la violence urbaine à Brooklyn jusqu’à l’âge adulte, en passant par sa condamnation pour viol en 1992. On découvre d’abord un Tyson enfant (joué par Ethan Barrett), wmartyrisé au début des années 1970 par les gros bras du quartier à cause de sa voix aiguë et de son cheveu sur la langue.

Négligé par sa mère, qui le croit « attardé », il plonge très jeune dans la délinquance, mais c’est à l’adolescence (B.J. Minor) qu’il découvre la boxe, en maison de correction. Sur le ring, son style explosif et spectaculaire attire l’attention. Pris en charge par l’entraîneur et mentor Cus D’Amato (parfait Harvey Keitel), qui voit en lui une future légende, Tyson se dirige tout droit vers la gloire à coups de K.O. répétitifs.

Malgré la réussite et le succès, Tyson ne parviendra jamais — dans le ring et hors du ring — à se débarrasser de ses habitudes de mauvais garçon. Dépendances, sexe et violence deviennent son quotidien, du moins jusqu’au cinquième épisode, qu’il nous a été permis de voir en exclusivité.

Même si les débuts sont entraînants, l’ensemble devient répétitif, notamment lorsque devenu champion, Tyson accumule les conquêtes et les coups foireux. Reste que la série jouit d’une mise en scène électrique, au découpage efficace. Un des épisodes se démarque particulièrement, celui réalisé par Tiffany Johnson, qui est raconté du point de vue de Desiree Washington (Li Eubanks), une jeune femme de 18 ans qui a accusé le boxeur de l’avoir violée. Ce dernier a reçu en 1992 une peine de six ans de prison à l’issue d’un procès retentissant et surmédiatisé.

En fin de compte, ce qui ressort de cette production, c’est l’impressionnante interprétation de Trevante Rhodes. L’acteur, totalement investi dans le rôle-titre, parvient à donner à son personnage une profondeur humaine, presque touchante, malgré sa brutalité. Le comédien est capable de montrer un autre côté du monstre, un homme blessé davantage traumatisé par une enfance vécue dans l’extrême pauvreté et le manque d’amour maternel.

Mike

Série dramatique de Steven Rodgers. Avec Trevante Rhodes, Russell Hornsby, Harvey Keitel. États-Unis, 2022. Disponible sur Disney+ à partir du 25 août.

À voir en vidéo