Essentielle «Capcom Fighting Collection»

On retrouve (ou découvre) la légendaire série des «Darkstalkers» grâce à cette collection pas piquée des vers.
Photo: Capcom On retrouve (ou découvre) la légendaire série des «Darkstalkers» grâce à cette collection pas piquée des vers.

Darkstalkers, Cyberbots, Puzzle Fighter : des titres à donner des frissons d’excitation aux vieux de la vieille qui fréquentaient les arcades… et de quoi piquer la curiosité des plus jeunes. Avec la Capcom Fighting Collection, l’illustre éditeur de jeux vidéo nous offre une impeccable leçon d’histoire des jeux de combat.

On ne peut que faire l’éloge de cet effort de préservation : empaquetée dans un ensemble solide, cette collection rassemble 10 classiques pratiquement introuvables (ou hors de prix) et dont s’inspirent encore aujourd’hui les développeurs de jeux.

On trouve avant tout les légendaires Darkstalkers (le Darkstalkers original, Night Warriors, Vampire Savior, Vampire Hunter 2 et Vampire Savior 2), une série de jeux de combat rassemblant des personnages d’horreur et de contes de fées façon frères Grimm, le tout doté d’une esthétique pixelisée inspirée de Disney et d’une jouabilité rapide, stratégique et impeccable.

On trouve aussi des titres plus nichés (tous dans leurs versions japonaises originales ou américaines), dont le jeu solo mi-RPG mi-jeu de combat Red Earth et le jeu de duels de robots géants Cyberbots, mais aussi le très excellent Puzzle Fighter II (un jeu à la Tetris qui rassemble les combattants les plus marquants de Capcom) et l’adorable Super Gem Fighter Mini Mix avec ses personnages déformés. Hyper Street Fighter II, qui n’a plus besoin de présentation, vient clore le spectacle.

En plus du mode en ligne, de fonctions de sauvegarde et autres petits conforts qu’apporte l’émulation, on trouve également une impressionnante sélection d’illustrations et de croquis dessinés par les développeurs qui nous permettent d’en apprendre plus sur l’histoire derrière ces jeux. On peut aussi écouter leur bande-son.

Un désert en ligne

 

Dommage par contre que le mode en ligne soit désertique sur PC. Même les soirs et les week-ends, trop peu de joueurs sont connectés pour qu’on puisse trouver un match rapidement.

Heureusement, il est possible de jouer seul contre l’intelligence artificielle en attendant d’être jumelé à un joueur en chair et en os. Mais l’attente est longue : la fin de semaine dernière, on n’a réussi qu’à faire deux matchs pendant le temps pris pour terminer les modes solos de Vampire Savior 2 et de Red Earth.

Un véritable gâchis, d’autant plus que le mode en ligne de Capcom Fighting Collection est franchement excellent, avec un code de réseau de type « retour en arrière » (rollback netcode) qui permet d’éliminer en fin de compte la latence qu’occasionne une mauvaise connexion entre deux machines.

Il faut dire qu’il existe un programme gratuit, Fightcade, qui permet de jouer en ligne à ces jeux rétro avec une aisance et une fluidité similaires et qui doit tenter bien des joueurs. Il faut par contre fournir ses propres copies pour utiliser cet émulateur connecté ; une zone grise sur le plan légal si on les possède déjà sur leur médium original… et une mer agitée si on se veut pirate.

Gageons que se procurer Capcom Fighting Collection nous donnera bonne conscience. Et rien n’empêche de l’utiliser pour s’éclater en personne, à plusieurs devant la télé.

 

Capcom Fighting Collection

★★★★

Édité par Capcom. Offert pour PC, PlayStation 4, Nintendo Switch et Xbox One. Compatible avec la Steam Deck.

À voir en vidéo