«Bataille pour l’âme du Québec»: chocs identitaires

Le documentaire aborde le rôle qu’ont joué les médias dans la polarisation du Québec, mais aussi celui des personnalités politiques comme Mario Dumont.
Photo: Radio-Canada Le documentaire aborde le rôle qu’ont joué les médias dans la polarisation du Québec, mais aussi celui des personnalités politiques comme Mario Dumont.

Que représente le « nous » québécois, aujourd’hui ? Dans son dernier documentaire, la journaliste et ancienne chroniqueuse du Devoir Francine Pelletier retrace l’évolution du nationalisme québécois des années 1960 à nos jours. Bataille pour l’âme du Québec revient ainsi sur le virage conservateur pris depuis quelques décennies par un mouvement pourtant progressiste à ses débuts.

Après de premières minutes très linéaires, l’historien Pierre Anctil fait entrer Bataille pour l’âme du Québec dans le vif du sujet. En évoquant le racisme, le rejet de l’autre et la diversité, l’historien soulève l’enjeu de la responsabilité face aux dérives identitaires actuelles. Et la suite du documentaire est plutôt explicite : on y aborde le rôle qu’ont joué les médias dans la polarisation du Québec, mais aussi celui des personnalités politiques, Mario Dumont et ses formules populistes en tête.

On apprend également, grâce aux différents intervenants, que la Charte des valeurs québécoises est le point de bascule vers un nationalisme nouveau, qui soutient que la « majorité historique francophone » serait à défendre face à la religion musulmane et… aux femmes voilées. Le tout cristallisé par une définition souvent confuse de la laïcité.

Pour Manal Drissi, chroniqueuse, autrice et humoriste, il s’agit enfin d’un nationalisme identitaire, concrétisé par François Legault en 2019 avec sa loi 21 sur les signes religieux. « Ça n’apporte rien à la majorité des Québécois, à part le sentiment de dominer, dit-elle. C’est un nationalisme qui exclut. »

Bataille pour l’âme du Québec

ICI Télé, samedi 28 mai, 22 h 30

À voir en vidéo