«The Tourist»: l'homme sans passé

Jamie Dornan est un amnésique qui tente de retrouver la mémoire tout en échappant à la mort dans l’arrière-pays australien.
Photo: Ian Routledge / Two Brothers Pictures / All3Media International / Amazon studios Jamie Dornan est un amnésique qui tente de retrouver la mémoire tout en échappant à la mort dans l’arrière-pays australien.

La minisérie The Tourist commence sur les chapeaux de roues. Littéralement. En effet, on y fait d’emblée la connaissance d’un homme qui, tel le conducteur malchanceux du Duel de Spielberg, est pris en chasse par un semi-remorque sur une route australienne poussiéreuse. Atteint d’amnésie à son réveil à l’hôpital, il tente de recouvrer son identité une bribe d’information à la fois. S’ensuit un jeu de pistes bourré de suspense, de giclées d’hémoglobine et d’humour très foncé. En homme sans passé, Jamie Dornan est, oui, mémorable.

Connu pour les nanars érotico- titillants de la saga Fifty Shades, où il campait un milliardaire porté sur le sadomasochisme, mais apprécié pour la série policière The Fall, où il incarnait un tueur en série charismatique, l’acteur irlandais plonge avec fougue au cœur d’un récit sinueux à souhait.

Bien sûr, on songe dès le départ au film Memento, de Christopher Nolan, avec son antihéros pareillement amnésique, mais The Tourist a tôt fait d’emprunter d’autres avenues, plus ouvertement rocambolesques et parfois comiques, signe que l’ensemble ne se prend pas — et n’est par conséquent pas à prendre — trop au sérieux.

Scénarisée par Harry et Jack Williams, les créateurs de la série policière The Missing (Disparition), The Tourist parvient dès les premiers épisodes à combiner mise en place et développements haletants sans temps morts. Entre un koala en peluche et une mystérieuse note manuscrite en passant par un lot de photos prises avec un appareil jetable, le protagoniste qu’on surnomme simplement « L’homme » (The Man) recueille les indices sans que sa mémoire collabore.

Au passage, il fait une foule de rencontres tantôt sinistres, comme avec ce tueur aux allures trompeuses de gros ours débonnaire défendu avec brio par Ólafur Darri Ólafsson, tantôt prometteuses, comme avec cette policière mal mariée jouée par la formidable Danielle Macdonald.

 

Réalisation nerveuse

Réalisateur de vidéoclips pour Mylène Farmer, Lily Allen et Lana Del Rey, mais également de la minisérie Back to Life (2019), Chris Sweeney signe une mise en scène judicieusement nerveuse et dynamique, et très agréable à l’œil au demeurant.

L’intrigue aurait toutefois pu être davantage resserrée : quatre épisodes, plutôt que six, auraient sans doute fait le travail. Au mitan, alors que tel personnage poursuit tel autre, qui lui court après un troisième, à répétition, on flirte avec le remplissage narratif. Sans rien dévoiler, une virée nocturne dans le désert où un personnage creuse à la pointe du fusil tandis qu’un second hallucine s’étire indûment.

Chaque épisode ou presque comporte son lot de petites ou grandes révélations, certaines réjouissantes, d’autres juste abracadabrantes. Du lot, le dernier se révèle hélas le plus inégal, avec une succession de ruptures de ton parfois laborieuses. Cela dit, la scène ultime clôt de manière satisfaisante l’aventure.

Bref, à défaut de cultiver la vraisemblance, l’ensemble s’avère assez divertissant.

The Tourist (V.O. et V.F.)

★★★

Thriller avec Jamie Dornan, Danielle Macdonald, Ólafur Darri Ólafsson, Shalom Brune-Franklin. Angleterre, États-Unis, Australie. Six épisodes sur Prime Video.

À voir en vidéo