Sur vos écrans: déjà la rentrée!

Audrey et Carl, deux policiers d’Uashat que l’on suit dans la série documentaire «Policier autochtone».
Photo: Radio-Canada Audrey et Carl, deux policiers d’Uashat que l’on suit dans la série documentaire «Policier autochtone».

La programmation hivernale « régulière » commence très tôt en 2022 : dès le 3 janvier, les téléspectateurs pourront retrouver leurs « programmes favoris » sur les réseaux (à l’exception de Noovo) et sur les chaînes spécialisées. Toutes les « nouvelles » fictions proposées à ICI Télé ont déjà eu droit à une première diffusion sur la plateforme Tou.tv : L’œil du cyclone et Doute raisonnable (lundi, 19 h 30 et 21 h), Sans rendez-vous (mercredi, 21 h) et Survivre à ses enfants (vendredi, 21 h). TVA propose de son côté le thriller Portrait-robot (jeudi, 21 h), déjà disponible sur le Club Illico, et d’autres nouveautés, dont il sera question dans nos pages. Voici quelques productions, complètement nouvelles ou qui le sont un peu moins, qui méritent qu’on s’y attarde.

 

Quand la science nous explique

 

La populaire émission jeunesse Cochon dingue cède sa plage horaire jusqu’à la mi-février à C’est humain, un magazine « fascinant », mais surtout très divertissant qui a pour mission d’expliquer, à partir de données issues de recherches scientifiques sérieuses et d’expériences maison, certains comportements, perceptions et caractéristiques physiques des humains. Cette nouveauté quotidienne, animée par Marie-Soleil Dion, s’adresse bien sûr aux jeunes curieux, mais aussi aux adultes, qui y apprendront quantité de choses, utiles et inutiles, sur les autres et sur eux-mêmes…

Chacun des épisodes est construit autour d’une personnalité invitée, qui participe de bon gré à deux mises en situation ou épreuves concoctées par des experts. Ces derniers font ainsi œuvre de vulgarisation de l’état actuel des données scientifiques probantes à propos des comportements humains étudiés. Dans un autre segment, plus proche du talk-show, en compagnie des collaborateurs réguliers Manal Drissi et Meeker Guerrier, on se penche sur une caractéristique ou sur un intérêt de la vedette invitée à partir de la recherche existante sur le sujet. Ainsi, dans l’épisode mis à la disposition de la presse, on découvrait avec Kevin Raphaël si le fait de crier pendant une activité physique la rendait plus efficace, les bienfaits physiques et moraux du bénévolat et comment on arrive à « sentir » avec les yeux.

Il en résulte une série au contenu scientifique substantiel, bien vulgarisé, illustré de façon claire, tant pour les tout jeunes que pour les grands, et, surtout, livré dans un esprit ludique et parfois même comique qui rend l’expérience pas du tout douloureuse. Une cousine lointaine de Génial !, avec le même potentiel de plaisir d’écoute.


C’est humain
Télé-Québec, du lundi au jeudi, 18 h 30

 

Quotidien de policiers

 

Les hasards de la programmation font que deux séries documentaires qui suivent le quotidien pas toujours reposant d’agents de la paix œuvrant au Québec, pas tout à fait « nouvelles » mais non moins pertinentes, sont diffusées au même moment en ce début d’hiver.

Ainsi Policier autochtone, dont les deux premières saisons ont d’abord été présentées sur le réseau APTN (et maintenant accessibles en français, en anglais et en innu sur la plateforme APTN Lumi), trouve sa place avec beaucoup de retard (la diffusion originale date de septembre 2019…) dans la case horaire des Grands reportages. La série aborde dans une formule désormais classique de « docuréalité de métier » le quotidien pas toujours facile des agents de terrain de corps policiers de quatre communautés autochtones (Uashat et Mani-utenam, Odanak, Wendake et Wemotaci).

Il n’y a pas de narration autre que celle des témoignages à la caméra des policiers, qui ont pour la plupart des origines autochtones et que l’on suit au fil de leurs patrouilles, ponctuées d’interventions, préventives ou répressives, d’opérations spécifiques et même de perquisitions. Il en résulte une riche chronique des différentes facettes du travail des forces de l’ordre dans leur propre communauté, où tout le monde se connaît, où il faut parfois intervenir auprès de membres de la famille et jouer un rôle plus large que celui que prévoit le métier, avec peu de ressources humaines et financières. Souhaitons que RDI présente plus tard le deuxième volet.

Parlant de deuxième volet, Télé-Québec propose une suite à sa docuréalité portant sur le travail des policiers et autres employés qui œuvrent au sein du Service de police de la Ville de Québec, toujours concoctée par le duo Catherine Proulx et Nadia Ruel (De garde 24 / 7). Cette nouvelle fournée d’épisodes, où l’on suit des policiers déjà présents dans la première saison et quelques recrues, met l’accent sur la dimension humaine de leur tâche, parfois beaucoup plus complexe qu’on peut le croire. Une excellente façon de découvrir « autrement » les dessous du travail des agents de corps de police qui a fait les manchettes récemment pour des interventions plutôt musclées…


Policier autochtone
RDI, jeudi, 20 h. Les saisons 1 et 2 peuvent être vues à aptnlumi.ca.
Police en service, saison 2
Télé-Québec, jeudi, 20 h

 

Œuvre de jeunesse

 

Le nom de Mark Critch ne vous dit peut-être rien, mais si vous avez déjà regardé l’émission satirique sur l’actualité This Hour Has 22 Minutes à CBC, vous connaissez ce comique du ROC, cousin de la fesse droite d’Infoman, qui se permet d’enquiquiner les vedettes et puissants de ce monde depuis son arrivée au sein de l’équipe de ce monument télévisuel de l’autre solitude en 2003. Il y a deux ans, l’irrévérencieux comique a commis une autobiographie un brin humoristique de son enfance à Terre-Neuve dans les années 1980, au sein d’une famille un peu particulière, Son of a Critch.

Avec son collègue producteur de This Hour, le Montréalais d’origine Tim McAuliffe, également scénariste pour la version américaine de The Office, il a adapté ce récit d’apprentissage d’un jeune adolescent victime d’intimidation, qui découvre la vie hors du cocon familial, d’un père journaliste de « région » toujours en quête d’histoires scabreuses (Critch), d’un papy mal dégrossi amateur de veillées funèbres (Malcolm McDowell, délicieux) et d’une mère trop envahissante, comme de raison…

Les premiers épisodes de cette charmante chronique adolescente qui fleure bon la nostalgie décalée (outre les références culturelles pop, on a franchement l’impression d’être dans les années 1960 plutôt que 1980), à la fois attendrissante et par moments très drôle, ne se démarquent malheureusement pas tellement du lot de productions du genre qui se font chez nos voisins du Sud (Young Sheldon, The Wonder Years), comme on aurait pu l’espérer. Surtout quand on connaît un peu Critch et sa « passion » pour son coin de pays insulaire, qu’il ne se gêne jamais de tourner gentiment en ridicule. Donnons-lui une chance…


Son of a Critch
CBC, mardi, 20 h 30

À ne pas manquer

Le pari de Noël
 

Le grand classique de Jules Verne a droit à une adaptation télévisée de luxe, une coproduction européenne diffusée en France, en Allemagne et au Royaume-Uni à temps pour les Fêtes. La chaîne publique américaine la diffuse à son tour au lendemain du jour de l’An. Cette version visuellement somptueuse (réalisée par Steve Barron, qui a signé quantité de vidéoclips emblématiques des années 1980), scénarisée par Ashley Pharoah
(Life on Mars), met en scène David Tennant (Broadchurch) dans le rôle de Phileas Fogg, qui tente de gagner son pari (lucratif) de réussir un tour du monde en ballon avant Noël.

Masterpiece : Around the World in 80 Days
PBS, les dimanches, 20 h



À voir en vidéo