Communier en 4K

«Un show blizzard signé Cœur de pirate», avec Rita Baga et Cœur de Pirate, à Télé-Québec le 2 janvier
Photo: Eric Gagnon «Un show blizzard signé Cœur de pirate», avec Rita Baga et Cœur de Pirate, à Télé-Québec le 2 janvier

Notre jour de l’An aura le même parfum que celui de l’année dernière, et les émissions spéciales de fin d’année pourraient à nouveau devenir l’unique rendez-vous de beaucoup de Québécois. Réflexions sur le rôle du petit écran dans nos envies de nous retrouver, sur sa fonction de générateur d’expériences collectives même lorsqu’un virus nous force à nous tenir à distance.

Aux traditionnels Bye bye et aux spéciales de fin d’année d’Infoman, d’À la semaine prochaine et d’En direct de l’univers présentés par Radio-Canada se sont ajoutées cette saison de nouvelles émissions du temps des Fêtes. Plus tôt en décembre, la chaîne Noovo proposait En attendant le réveillon, rendez-vous animé par Marie-Mai et Antoine Vézina. Unis TV avait aussi concocté, pour une deuxième année de suite, un bilan humoristique intitulé Le grand ménage des Fêtes.

Après le succès de l’émission spéciale de Noël de Bleu Jeans Bleu l’année dernière, Télé-Québec récidivera le 2 janvier avec Un show blizzard signé Cœur de Pirate (enceinte jusqu’aux oreilles !), 90 minutes de chansons et de scènes absurdes réalisées par Laurence « Baz » Maurais, qui avait piloté VIVRE (Le spectacle spectral) de Klô Pelgag, auréolé du Félix de la mise en scène et de la scénographie de l’année. Mitsou, La Compagnie créole, Choses Sauvage, Pierre Kwenders et Jacobus, Rita Baga et Ariel Charest participeront à cette étrange et amusante proposition animée par le jeune auteur-compositeur-interprète Gab Bouchard, la révélation de l’émission, qui confirme que la majorité des numéros ont été improvisés.

« Au départ, je devais coanimer avec Cœur de Pirate, mais deux semaines avant le début du tournage, on m’a demandé d’animer le show au complet », explique Bouchard, attrapé dans ses terres familiales de Saint-Prime, en train de couper du bois avec son frère. « Baz, qui est quand même bon pour diriger son monde, m’a simplement dit : “reste toi-même”. »

« On n’avait pas prévu de jokescomme telles, on ne cherchait pas à être drôles ; moi, ils m’ont full maquillé, m’ont mis du plastique sur les dents, on voulait que ce soit exagéré, over the top, juste un peu malaisant, mais pas trop non plus. Ça a été une drôle d’expérience » qui, en fin de compte, bouleverse l’idée qu’on se fait des traditionnelles émissions de fin d’année. « Si Télé-Québec se met à faire des émissions pour un auditoire plus jeune, mais quand même grand public, c’est une bonne chose », commente le musicien, qui prévoit de lancer son deuxième album en 2022. « Le Bye bye, je trouve ça drôle, j’aime ça l’écouter, mais ça fait des décennies que ça existe. Il pourrait y avoir autre chose. »

Le retour de l’expérience télé commune

D’autant que la demande demeure très forte pour ce genre de rendez-vous télévisuels. Professeure à l’École des médias de l’UQAM et spécialiste de la culture populaire, Stéfany Boisvert n’est pas étonnée que le Bye bye présenté à ICI Télé batte encore des records d’écoute — plus de 4,6 millions de téléspectateurs l’an dernier, un record absolu que l’édition de ce soir pourrait à nouveau abattre.

« C’est sûr qu’on pourrait banaliser le phénomène en disant que les gens n’avaient pas d’autre chose à faire l’an dernier que d’écouter le Bye bye, ce qui a contribué à gonfler les cotes d’écoute, dit-elle. Je suis tout à fait d’accord avec ça, mais je pense aussi que cette audience va bien au-delà de nos options : ça renvoie à un désir d’écouter l’émission parce que c’est un rendez-vous qui permet véritablement aux gens, au moment où ils y participent, de partager une temporalité commune. Ça donne le sentiment que regarder en synchronicité une même émission avec autant de gens nous permet de partager un moment. »

C’est, explique la professeure, le grand paradoxe des nouveaux modes de consommation de produits télévisuels à l’ère du numérique : même si les plateformes de diffusion en ligne (Netflix en tête, Disney+, Prime Video, Apple TV) ont introduit l’individualisation de l’expérience d’écoute en permettant à ses abonnés de choisir le moment et l’objet de leur divertissement, « on constate que ces plateformes n’ont pas fait disparaître pour autant les pratiques d’écoute collective, même si les formes de covisionnement se font par les voies virtuelles ».

Par covisionnement (co-viewing), la chercheuse en culture populaire de masse définit le phénomène d’écoute d’une émission de télévision en collectivité, par opposition à l’écoute individualisée. Or, elle constate justement un retour à cette pratique d’écoute collective, autrefois l’apanage d’une télé traditionnelle dont on annonce pourtant le déclin, incarné par les « cord cutters », ces téléspectateurs qui tournent le dos à la télé câblée.

« Ce qui est intéressant d’observer, c’est que la pandémie a encouragé les gens à renouer avec les pratiques de covisionnement », ce que favorisent même certaines plateformes numériques à travers des applications conçues à cet effet — la fonction « GroupWatch » de Disney+, le « Watch Party » de Hulu aux États-Unis, suivi par Amazon Prime Video. Le covisionnement, relève la professeure, est d’ailleurs une tendance suivie de très près par l’industrie de la télé mondiale et qui n’était pas anticipée au moment de l’arrivée des plateformes de visionnement. « Les gens sont encore à la recherche d’une expérience collective à travers ces services de visionnement, alors que le plaisir [d’écouter une production télé] ne dépend pas seulement du contenu, mais aussi des échanges que les téléspectateurs ont ensemble en écoutant. »

Ainsi, dans un contexte où la nouvelle vague d’infections provoquée par le variant Omicron nous force à réduire nos contacts avec les autres durant cette période pourtant propice aux retrouvailles, « on constate que la télévision est encore un média grandement utilisé afin de créer du lien social, dit Stéfany Boisvert. Même lorsqu’on ne peut pas être en contact avec les gens, la télé demeure unréférent culturel incontournable et crée une forme de communauté ».

D’ailleurs, l’acte de regarder le Bye bye est souvent motivé par autre chose que l’intérêt qu’on peut avoir pour son contenu, souligne Stéfany Boisvert. « On peut bien sûr le regarder pour l’humour qui y est proposé, pour les références culturelles qu’on y trouve, mais sinon, c’est le sentiment de partager une expérience commune avec des membres de notre famille qui compte — comme au moment du décompte de l’arrivée de la nouvelle année, tout le monde en même temps qui attend pour se souhaiter les vœux. Il y a cette dimension cérémonielle qui est aussi très importante pour l’émission. »

Gab Bouchard, qui n’est pas abonné au câble, écoutera aussi le Bye bye en famille. « Pour vrai, on trouve ça drôle le Bye bye. J’aime quand même ça l’écouter collé sur ma grand-mère, juste pour la voir rire, je trouve ça débile ! »

Au programme

En direct du jour de l’An

Le secret a été bien gardé autour de cette 10e édition du Nouvel An de la populaire émission En direct de l’univers, animée par France Beaudoin. Chansons, surprises et invités « kidnappés » seront au menu. ICI Télé, le 31 décembre, 19 h

À l’année prochaine

La belle équipe de comédiens entourant Philippe Laguë sur les ondes d’ICI Première les samedis (Pierre Verville, Michèle Deslauriers, Dominic Paquet, Véronique Claveau et Benoit Paquette) se moquera des personnalités marquantes de l’année qui s’achève. ICI Télé, le 31 décembre, 20 h 30

Infoman 2021

 

Le défi sera encore immense pour Jean-René Dufort et son équipe, qui avaient l’habitude de sortir de nos frontières pour aller à la rencontre des gens ayant marqué l’année. Nous serons au poste ! ICI Télé, le 31 décembre, 22 h

Bye bye 2021

 

Simon Olivier Fecteau est toujours aux commandes du grand rendez-vous télévisuel radio-canadien, qui en sera à sa 53e édition. Attendez-vous à plusieurs invités surprises venant se joindre à la distribution formée par Sarah-Jeanne Labrosse, François Bellefeuille, Guylaine Tremblay et Mehdi Bousaidan. ICi Télé, le 31 décembre, 23 h

Un show blizzard signé Coeur de Pirate

 

Avec Gab Bouchard dans le rôle d’animateur de talk-show décalé, Coeur de Pirate interprète ses grands succès et partage le plateau avec des confrères musiciens de tous horizons musicaux. Télé-Québec, le 2 janvier, 21 h



À voir en vidéo