«Apocalypse mode»: les travers d’une industrie frivole

Olivier Nicklaus dresse un portrait exhaustif des tares passées et actuelles de la mode.
Photo: TV5 Olivier Nicklaus dresse un portrait exhaustif des tares passées et actuelles de la mode.

La mode en fait rêver plusieurs, bien que peut-être moins qu’avant… Cette industrie est montrée du doigt depuis quelques années pour ses excès. Il faut dire que sa raison d’être, l’« obsolescence programmée » obligée, génère des problèmes environnementaux de taille. Plusieurs dénoncent également son manque de diversité, autant sur les podiums que dans les coulisses, et son racisme, conscient ou non. Depuis que la COVID-19 est apparue dans nos vies, ces reproches prennent une tout autre dimension pour l’industrie de la mode, que certains considèrent comme au bord du gouffre.

Le documentaire Apocalypse mode d’Olivier Nicklaus dresse un portrait exhaustif des tares passées et actuelles de ce secteur d’activité et propose des solutions pour assurer sa survie. Le journaliste, qui a couvert ce domaine pour les Inrocks pendant près de 15 ans, illustre ce cahier des charges, non sans humour, à travers de nombreux exemples de « faux pas » et de pratiques généralisées répréhensibles de l’industrie de la mode et du luxe, le tout commenté par des spécialistes et des critiques d’horizons différents, dont la journaliste Vanessa Friedman et la porte-parole d’Extinction Rebellion, Bel Jacobs.

Le film fait la part belle aux initiatives de quelques créateurs (Vivienne Westwood, Stella McCartney) pour réduire le gaspillage et la surproduction, et aux efforts de « sobriété » et de représentativité de la diversité de certaines grandes marques. Mais il ne répond pas totalement à sa question de départ : comment la mode doit-elle se réinventer pour survivre ? C’est peut-être que les réponses sont encore à trouver…

 

Apocalypse mode

TV5, le mardi 21 décembre, 22 h

À voir en vidéo