«Gazebo» : scènes de la vie banlieusarde

Marie-Soleil Dion et Louis-Olivier Mauffette racontent le déménagement d’un couple à leur ressemblance.
Photo: Radio-Canada Marie-Soleil Dion et Louis-Olivier Mauffette racontent le déménagement d’un couple à leur ressemblance.

Couple à la ville, Marie-Soleil Dion et Louis-Olivier Mauffette ont tâté du magazine avec Couple en chantier, qui documentait la rénovation de leur maison canadienne en manque d’amour. Ils ont survécu à des travaux qui, sans aller jusqu’à La foire aux malheurs, leur ont réservé quelques surprises. Les revoici, côté fiction, au volant de la rigolote Gazebo, première fiction qu’ils signent ensemble à titre d’auteurs et qui raconte, tiens, tiens, le grand déménagement en banlieue d’un couple de comédiens expansifs, baptisés Marie et Loulou, qu’ils incarnent par surcroît avec conviction.

Les textes sont vifs et naturels, souvent crus. Ce qui explique d’ailleurs le format retenu, nous souffle droit dans les yeux Mat, la fille adolescente de Loulou, du ton de celle qui en a vu d’autres. « C’est à cause de [mon père et de sa vulgarité] qu’on est sur le Web et pas sur la télé », nous glisse-t-elle d’un air entendu. Elle exagère un peu, bien sûr, mais reste que le ton est donné. Et qu’il est en général réjouissant. Même lebébé, tout juste neuf mois, ajoute son grain sel, façon Look Who’s Talking, avec, à la voix, un Bernard Fortin en forme.

Autour de la petite famille gravite une cosmogonie d’amis qui affichent eux aussi un supplément de personnalité, de même qu’une poignée d’animaux pour le moins originaux. Le réalisateur Mathieu Handfield (Mouvement deluxe, Caméra café 2.0) imprime ce qu’il faut de rythme pour puncher cette websérie déjà pétillante, sinon chargée. Ça force parfois un peu dans les coins, mais ça reste dans les grandes lignes diablement efficace. 

Gazebo

Dans la section Véro.tv de l’Extra de Tou.tv, dès le 17 décembre

À voir en vidéo