Tous un peu Marie et Michel

La websérie raconte un amour encapsulé en six temps sur une note tendre et juste. 
Photo: Bien Joué Films Télé-Québec La websérie raconte un amour encapsulé en six temps sur une note tendre et juste. 

L’amour dure trois ans, a déjà calculé un Frédéric Beigbeder, aussi intraitable que désabusé. Dans la websérie Entrelacés, sa durée n’a guère d’importance puisque voilà l’amour encapsulé en six temps. Six temps après le coup de foudre de Marie et de Michel, couple zéro autour duquel gravitent cinq autres couples, qui se dévoilent à nous comme autant de miroirs tendus au premier. Ensemble, ceux-ci capturent à la fois l’ivresse et le désenchantement propre aux grands transports amoureux.

Scénarisée par Erika Mathieu (Nomades), l’attachante websérie en six épisodes a pu compter sur leslumières de l’acteur, scénariste et réalisateur Guillaume Lambert (L’âge adulte, Audrey est revenue) à la script-édition. En résultent des répliques d’un grand naturel, à l’humour subtil et tendre. La distribution, d’une diversité exemplaire, est de haute tenue, à commencer par Laurence Champagne et Joakim Robillard, touchants en une Marie et un Michel qui s’aiment sans ambages et sans artifices. À la réalisation, Gabriel Bergeron a lui aussi opté pour une sobriété qui joue parfaitement sur l’énergie du texte, la canalisant avec une belle délicatesse.

Que ce soit pour raconter la béatitude des jours pleins ou le doute des lendemains incertains, Entrelacés a surtout le chic pour saisir ces moments de franche intimité au creux desquels se lovent et se déposent les souvenirs amoureux. Chaque épisode porte ainsi sa vérité. Et si, fatalement, certains nous interpellent plus que d’autres, l’ensemble, lui, parlera à tous, et cela, d’une bien jolie manière.

 

Entrelacés

Sur Telequebec.tv, dès le 10 décembre

À voir en vidéo