Sur vos écrans: docs (récents) en stock

Une scène tirée du documentaire «Les libres» de Nicolas Lévesque
Photo: Spira Films Une scène tirée du documentaire «Les libres» de Nicolas Lévesque

En transformation

 

Le documentaire Les libres, du cinéaste Nicolas Lévesque (Chasseurs de phoques), n’a pas eu l’occasion de rayonner en salle puisqu’il fut lancé directement en visionnement sur demande durant la troisième vague de la pandémie, pendant le grand confinement. Cette incursion dans le quotidien de quelques ex-détenus qui font un stage de six mois dans une entreprise de transformation de bois au Lac-Saint-Jean, dans l’espoir de trouver leur place sur le chemin de la réinsertion sociale et du marché du travail, même dans la version réduite présentée à la télévision (et sur le volet gratuit de la plateforme Tou.tv), mérite pourtant qu’on s’y attarde et aurait sans doute profité d’une projection sur grand écran. Le film s’avère aussi intéressant par sa forme, avec ses cadrages soignés et son montage fort révélateur, que par son contenu, soit la transformation des personnes qu’il met en lumière, sans jamais les juger, durant cette demi-année cruciale pour leur suite des choses.


Doc humanité – Les libres
​​ICI Télé, samedi, 22 h 30 et sur Tou.tv

 

Les raisons du silence

 

Le silence, film documentaire de la réalisatrice acadienne Renée Blanchar (Belle-Baie), a eu droit à son bref passage dans les salles obscures du Québec et du Nouveau-Brunswick en septembre dernier, mais espérons que cette diffusion télé (et une prochaine disponibilité sur le site Internet de l’ONF) lui permettra de mieux rayonner et de faire réfléchir sur un sujet difficile. Le long métrage, présenté en deux parties mardi et mercredi soir, s’intéresse aux abus sexuels perpétrés par des membres du clergé catholique sur de jeunes garçons de nombreux villages acadiens du Nouveau-Brunswick, des années 1950 aux années 1980. Ces crimes ont été dévoilés beaucoup plus tard, dans les années 2010, alors que la plupart des victimes avaient atteint la cinquantaine. À travers les témoignages parfois déchirants de victimes, qui ont subi les conséquences de ces sévices toute leur vie, émerge toujours la même question : pourquoi les communautés concernées ont-elles gardé secrets ces actes criminels qui ont détruit de jeunes vies ? Le film s’emploie à mettre le doigt sur ces causes profondes.


Les grands reportages – Le silence
ICI RDI, mardi et mercredi, 20 h

 

Dormez-vous ?

 

Depuis le début de la pandémie, on a beaucoup entendu parler des troubles de sommeil qui toucheraient une plus grande proportion de la population, ici comme ailleurs. Les difficultés à s’endormir et à rester endormi étaient pourtant déjà bien répandues avant ce grand bouleversement, et touchent de 30 à 40 % de la population canadienne, selon différentes études.

Nous sommes donc nombreux à être en quête de repos réparateur, et sans doute aussi nombreux à ignorer comment nous dormons. La série documentaire En quête de sommeildémystifie les différentes étapes de cette activité essentielle de nos existences (à laquelle on devrait consacrer au moins le tiers de notre vie !), explique les mécanismes que celle-ci met en branle dans notre cerveau, ses bienfaits, et donne surtout quelques clés pour arriver à dormir sur ses deux oreilles. 

 Au fil des six épisodes, cette introduction pas du tout soporifique à la science du sommeil, animée avec enthousiasme et clarté par le vulgarisateur scientifique Jean-Daniel Doucet, s’intéresse entre autres à l’insomnie et à ses causes, aux médicaments et à leurs impacts sur notre repos, aux conceptions du « sommeil idéal » un peu partout dans le monde, au fonctionnement des rêves et des cauchemars et aux bienfaits de roupillons adéquats sur notre santé et nos humeurs. Bref, de la télé utile et bien faite, à ne pas regarder durant un épisode d’insomnie (vous découvrirez vite pourquoi…).


En quête de sommeil
Savoir média, mercredi, 21 h et sur Savoir.media

À ne pas manquer

Oeil de faucon au féminin

L’univers de Marvel est une source intarissable de nouvelles productions pour la plateforme Disney+, qui lance à la veille de l’Action de grâce américaine une série qui raconte la genèse du troisième « Hawkeye », le personnage de Kate Bishop qu’incarne ici Hailee Steinfeld (The Edge of Seventeen). Jeremy Renner (The Hurt Locker) reprend le rôle du premier détenteur de ce surnom héroïque, Clint Barton, en mentor qui s’associe à la jeune archère pour affronter ses ennemis du passé et retrouver sa famille à temps pour Noël… Disney+ dévoile deux épisodes mercredi, puis réduit la cadence à un seul épisode par semaine jusqu’à épuisement des stocks le 22 décembre.

Hawkeye (V.O.A. et V.F.)
Disney+, dès le 24 novembre


À voir en vidéo