«True Story»: dangers familiaux

L’humoriste Kevin Hart réussit son passage au jeu dramatique dans un suspense criminel et familial.
Photo: ADAM ROSE NETFLIX L’humoriste Kevin Hart réussit son passage au jeu dramatique dans un suspense criminel et familial.

L’humoriste et comédien Kevin Hart, immense star comique chez nos voisins du Sud, est plus connu ici comme celui qui a renoncé à animer la cérémonie des Oscar 2019 à cause de commentaires homophobes qu’il a faits par le passé. Depuis cet incident (et d’autres sorties sur la culture de l’annulation), il s’est fait remarquer dans un registre plus dramatique en tenant la vedette dans le film Un papa hors pair(Fatherhood), une production de Netflix.

Hart poursuit son exploration de ce registre plus grave, cette fois dans une minisérie de suspense criminel, produite et créé par Eric Newman (Narcos). En entrevue à Entertainment Weekly en septembre, ce dernier explique que c’est Hart lui-même qui l’a approché pour lui commander une série dans laquelle il « voulait tuer quelqu’un ».

Le comédien est bien servi en la matière dans cette histoire abracadabrante, dans laquelle il interprète un humoriste populaire et riche, originaire de Philadelphie et qui se retrouve empêtré dans les filets mafieux de son frère aîné (Wesley Snipes, solide), un restaurateur criblé de dettes et aux fréquentations peu recommandables, au risque de tout perdre.

L’intrigue criminelle de ce polar efficace, aux revirements parfois surprenants, se nourrit des erreurs de parcours des deux frères, aux motivations de plus en plus complexes, mais aussi de l’obsession de la célébrité du personnage central, dont on n’arrive pas à distinguer les contours fictifs de la réalité de son interprète. Et c’est là que Kevin Hart réussit le mieux dans ce projet taillé sur mesure : rendre crédible et même émouvant cet homme qui lui ressemble, sans qu’on sache à quel point ils sont similaires.

La réalité en face (True Story en V.O.A.)

Netflix, dès le 24 novembre

À voir en vidéo