«In Sound Mind»: entre clin d’oeil et pastiche

«In Sound Mind» est un jeu d’horreur psychologique à la première personne dans lequel on incarne Desmond Wales, un psychologue de la petite ville de Milton Haven.
Photo: We Create Stuff «In Sound Mind» est un jeu d’horreur psychologique à la première personne dans lequel on incarne Desmond Wales, un psychologue de la petite ville de Milton Haven.

Avec In Sound Mind, du studio We Create Stuff à qui l’on doit le populaire Nightmare House 2, nos attentes étaient élevées. Verdict ? Bien qu’il propose quelques idées et mécaniques intéressantes, le titre à petit budget ne sort pas beaucoup des sentiers battus.

In Sound Mind est un jeu d’horreur psychologique à la première personne dans lequel on incarne Desmond Wales, un psychologue de la petite ville de Milton Haven. Coincé dans une version hallucinatoire de la réalité et en quête de réponses sur ce qu’il lui arrive, Desmond doit explorer l’immeuble délabré dans lequel il s’est réveillé pour y trouver des enregistrements des rencontres qu’il a tenues avec ses patients. Ces cassettes le téléportent dans leurs pensées torturées, où il doit affronter leurs démons.

On visite ainsi quatre mondes complètement psychédéliques, chacun en format “bac à sable” qu’on est libre d’explorer à sa guise. Ces emplacements ont tous une menace unique qui se met en travers de notre quête de résolution d’énigmes. On revient de ces endroits avec un nouvel objet qui permet d’accéder à une nouvelle zone de l’immeuble de départ.

Avec le premier enregistrement, on est transporté dans un lugubre magasin, où l’on est poursuivi par un spectre qui peut être temporairement tenu à distance grâce à un éclat de miroir lui renvoyant son reflet. La deuxième bande nous fait vivre la spirale descendante de la psyché d’Allen. Celui-ci s’est trouvé au cœur d’un accident au phare de la ville qui a provoqué l’échouement d’un navire. Dans une représentation tordue des événements, la lumière écarlate du phare détruit ce qu’elle illumine. Il faudra user de stratégie pour attirer les ennemis dans ce faisceau, tout en l’évitant. On vous laisse découvrir les autres.

Là où In Sound Mind réussit fort bien, c’est dans ses énigmes bien ficelées. On s’assure que le joueur ne s’égare jamais trop dans la mauvaise direction. Les inutiles pertes de temps sont ainsi évitées. Il s’agit moins de résoudre des casse-tête complexes que de bien observer son environnement, de chercher avec minutie et de comprendre l’ordre logique des événements. À noter que le jeu ne nous tient pas pour autant par la main. Ce sera apprécié par certains, et maudit par d’autres.

L’exploration est encouragée par la possibilité d’améliorer nos facultés avec des pilules. Trouver un certain nombre de pilules différentes de certaines variétés peut augmenter notre vitesse, notre santé, notre furtivité et notre endurance. L’impact de ces statistiques sur la difficulté du jeu ne s’est pas fait beaucoup sentir, par contre.

Si l’objectif de We Create Stuff était de faire un clin d’œil aux jeux d’horreur de la vieille école, c’est réussi. Au risque cependant de friser le pastiche. Aussi, on ne peut pas passer sous silence les problèmes de performance du jeu. Quelques baisses de la fréquence d’images et des plantages ont ruiné notre immersion en cours de route. Rien qui ne puisse être réglé par quelques rustines, toutefois.
 

In Sound Mind

★★★

Développé par We Create Stuff et publié par Modus Games. Disponible sur Nintendo Switch, Microsoft Windows, Xbox Series X & S et PlayStation 5.

À voir en vidéo