«Plan B»: la colère d’une femme

Jacques Drolet et Jean-François Asselin ont concocté une intrigue portée sur les épaules musclées d’Anne-Élisabeth Bossé.
Photo: Radio-Canada Jacques Drolet et Jean-François Asselin ont concocté une intrigue portée sur les épaules musclées d’Anne-Élisabeth Bossé.

En raison de la COVID-19, la troisième saison de Plan B, qui devait mettre en scène Pier-Luc Funk dans le rôle d’un voyou, n’a pu être tournée. En guise de… plan B, Jacques Drolet et Jean-François Asselin ont concocté une intrigue portée sur les épaules musclées d’Anne-Élisabeth Bossé, qui s’est entraînée pendant quelques mois pour obtenir la silhouette de Mylène, policière de 39 ans éprise de justice aux prises avec ses propres démons.

Dans cette nouvelle saison déclinée en six épisodes de la série produite par KOTV, les auteurs mettent en avant un sujet qui les dérange en tant qu’êtres humains et les interpelle en tant qu’hommes : la violence faite aux femmes et aux enfants.

« On n’avait pas vu venir la série de féminicides qui a suivi durant le confinement et qui nous a beaucoup troublés, et cela a rendu le sujet extrêmement délicat tellement c’était souffrant et insupportable et, surtout, pour Jean-François et moi, incompréhensible. Alors on est partis d’un personnage qui cherche à comprendre cette violence et découvrira que derrière tout drame, il y a des êtres humains, et que pour qu’arrête le vortex de la violence, il faut plonger.

C’est donc une saison qui aborde la colère de front et qui nous questionne sur la possibilité de rédemption », a expliqué Jacques Drolet lors d’un point de presse virtuel mercredi, juste après la présentation des trois premiers épisodes, solides, haletants et bouleversants.

« Ce qui est important, c’est qu’on ne veut jamais faire des histoires moralistes, mais toujours exposer notre questionnement et entrer dans l’humanité des personnages, a poursuivi Jean-François Asselin, également réalisateur de la série. Ce qu’il y a de différent dans cette saison, c’est que c’est la première fois qu’un personnage utilise le pouvoir de [l’agence] Plan B pour sauver les autres, changer la société. On trouvait intéressant de mettre en scène un personnage féminin en colère qui va rentrer dans cette affaire-là avec tout son cœur. »

Servir et protéger les femmes

Au cours d’une patrouille avec son nouveau partenaire, Patrick (Patrick Emmanuel Abellard), Mylène trouve près d’un jeune homme gisant dans son sang — clin d’œil à une future saison de Plan B — un téléphone d’où elle entend le message enregistré de l’agence Plan B. Plus tard, terrassée par un drame familial, elle fait appel à cette mystérieuse agence afin de retourner dans le temps et ainsi éviter la tragédie.

Alors qu’elle veut protéger Caroline (Mélanie Pilon), la femme qu’elle n’a pu sauver, en l’éloignant de son mari Bruno (Vincent Leclerc), Mylène en vient à commettre des gestes répréhensibles. S’enfonçant de plus en plus dans le crime, elle constate qu’elle ne peut pas sauver toutes les femmes.

Comme pour Florence, vedette de la radio voulant empêcher le suicide de sa fille qu’interprétait Sophie Lorain dans la deuxième saison de Plan B, le travail prend tant de place dans la vie de Mylène qu’elle risque de gâcher ses relations avec sa famille et, surtout, avec son ex, Guillaume (Pierre-Luc Brillant), et le fils de ce dernier, Justin (Thomas Haché).

« Dans le cas de Florence, il s’agissait de culpabilité féminine qui lui faisait croire que sa carrière l’empêchait de s’occuper de sa famille — et on ne pense pas ça du tout en passant, a rappelé Jean-François Asselin. Dans le cas de Mylène, qui a le désir de changer le monde, le questionnement, c’est si elle a choisi le bon métier et non si elle doit lâcher son job pour s’occuper des autres. »

« Dans la deuxième saison, le travail était un point important, mais le questionnement, c’était plutôt comment on concilie le travail et la famille ; le sixième épisode arrivait justement avec ce questionnement-là, que ce n’est plus seulement un choix individuel de femme par rapport au travail, mais un choix collectif si on veut avoir des enfants », a ajouté Jacques Drolet.

Avant que les spectateurs découvrent les choix que fera Mylène dès mercredi — sur ICI Télé ou dans la section Véro.tv d’ICI Tou.tv Extra, grâce à laquelle les plus impatients pourront voir en primeur un épisode chaque semaine —, ils pourront se mettre dans l’esprit de la série en regardant les deux premières saisons sur Tou.tv Extra.

 

Plan B, saison 3

Sur ICI Télé dès mercredi à 21 h, et dans la section Véro.tv d’ICI Tou.tv Extra dès mercredi.

À voir en vidéo