Netflix veut augmenter son offre de contenus africains

«Pour nos abonnés, se voir représentés ainsi que leurs histoires à l’écran dans nos contenus a été très important, notamment au sein de la diaspora africaine», explique le Nigérian Ben Amadasun, responsable Afrique des contenus originaux et acquisitions de la plateforme américaine.
Photo: Olivier Douliery Agence France-Presse «Pour nos abonnés, se voir représentés ainsi que leurs histoires à l’écran dans nos contenus a été très important, notamment au sein de la diaspora africaine», explique le Nigérian Ben Amadasun, responsable Afrique des contenus originaux et acquisitions de la plateforme américaine.

Netflix veut augmenter « rapidement » son offre de contenus africains et promouvoir de « nouveaux talents » et la formation de professionnels « très qualifiés », explique à l’AFP le Nigérian Ben Amadasun, responsable Afrique des contenus originaux et acquisitions de la plateforme américaine.

L’AFP l’a rencontré à Paris cette semaine en marge d’une conférence de l’UNESCO qui dévoile un rapport sur l’état de l’industrie cinématographique et audiovisuelle dans les 54 pays d’Afrique.

Quel bilan faites-vous des retombées de votre plateforme sur l’industrie du continent ? Quels contenus ont eu le plus de succès ?

Nous avons véritablement eu une incidence positive sur différentes industries créatives de plusieurs pays d’Afrique, comme au Nigeria et en Afrique du Sud. Les créateurs, auteurs, producteurs ont bien répondu à notre arrivée sur le continent en nous permettant de diffuser dans le monde certaines de leurs meilleures créations, des histoires fortes et authentiques.

Un de nos grands succès en Afrique du Sud a été la série Comment gâcher Noël : le mariage (2020). C’est une vraie création africaine bien réalisée, authentique et qui reflète bien la spécificité de la culture sud-africaine, avec beaucoup d’éléments de comédie, de romance, qui a vraiment trouvé une résonance chez les spectateurs. Et la série a été regardée bien au-delà de l’Afrique du Sud.

La série dramatique originale sud-africaine Le sang et l’eau (lancée en mai 2020), qui se déroule au sein de Parkhurst College, un prestigieux établissement réservé aux élites et aux étudiants brillants du Cap, a eu un puissant effet local, mais a aussi fait sensation dans plusieurs autres pays.

Et Oloturé (2019), un très bon film sur la question du trafic de prostituées depuis le Nigeria vers l’Europe, est une histoire très forte, mais dont les dialogues sont majoritairement en pidgin nigérian. Ce film a très bien marché au Nigeria et a aussi trouvé ses spectateurs dans le monde entier.

Pour nos abonnés, se voir représentés ainsi que leurs histoires à l’écran dans nos contenus a été très important, notamment au sein de la diaspora africaine. Ils ont pu en parler dans leur vie sociale, échanger sur les réseaux, etc.

Quels sont vos objectifs pour les contenus Afrique ?

Nous voulons augmenter rapidement notre offre de contenus africains. Nous faisons face à des défis sur le plan de la capacité d’offre […] et nous constatons qu’il y a des contraintes, notamment le nombre limité de producteurs et de réalisateurs de très haut niveau sur ce marché. Depuis un an et demi, nous travaillons intensément pour soutenir cette industrie et mettre en place des programmes de formation. Dans le cadre de l’aide fournie pendant la crise de la COVID-19, nous avons par exemple versé 400 000 dollars américains à un programme de bourses d’études pour des universités en Afrique du Sud qui accueillent des étudiants se destinant aux études de cinéma et d’audiovisuel.

Les autres défis sont bien sûr l’accessibilité financière et des données. Nous travaillons sur ces deux volets. Nous avons lancé il y a quelques semaines une offre totalement gratuite au Kenya, qui est la première du genre.

Quels sont vos critères pour sélectionner les contenus pour vos abonnés en Afrique ?

Nous avons des thrillers, des films d’horreur, des comédies romantiques, etc. Nous recherchons en priorité des histoires fortes et qui auront le potentiel d’intéresser le plus nos spectateurs. Il faut que l’histoire soit vraiment authentique sur ce qu’elle donne à voir du pays et de sa culture.

Nous recherchons aussi des regards originaux parmi les créateurs africains. Nous travaillons avec les talents qui ont déjà l’expérience de ce marché et qui sont capables de très bien raconter des histoires, et nous sommes aussi à la recherche des talents de demain en Afrique. Nous sommes en train de voir comment les former et faire émerger leurs propres histoires, qui pourront aussi être très puissantes. Nous devons nous assurer que la diversité des voix du continent est représentée dans notre offre.

À voir en vidéo