«Occupation double» montre la porte à un candidat trouble

La présence d’Alexandre, 31 ans, présenté comme un gestionnaire de restaurant à Montréal, a toutefois une vague de commentaires négatifs sur les réseaux sociaux.
Photo: Bell Média La présence d’Alexandre, 31 ans, présenté comme un gestionnaire de restaurant à Montréal, a toutefois une vague de commentaires négatifs sur les réseaux sociaux.

Devant le flot de critiques sur le comportement d’un des candidats de la nouvelle saison d’Occupation double, l’équipe de production de la populaire téléréalité diffusée par Noovo a fait une mise au point lundi en annonçant le départ de celui-ci dans un prochain épisode cette semaine.

« Les tournages ayant débuté il y a trois semaines, Alexandre a déjà été rencontré individuellement par la production [à propos de] son comportement. […] Cette rencontre a mis fin à son parcours. Vous le verrez dans les prochains épisodes », a indiqué l’équipe des Productions ToRos sur les réseaux sociaux lundi après-midi.

En entrevue avec Le Devoir, la productrice aux contenus, Valérie Dalpé, n’a pas voulu détailler les raisons exactes pour lesquelles le candidat sera amené à partir ni quand il le fera. « Ce sera au cours de la semaine. […] On va expliquer sa sortie dans l’émission et tout le monde va bien comprendre comment ça s’est passé », explique-t-elle.

C’est lors du tapis rouge de cette 15e édition, dimanche soir, que les téléspectateurs ont découvert la participation d’Alexandre à l’émission, qui se déroule cette année dans l’Ouest canadien. Jusqu’ici, on ne connaissait l’identité que de 12 filles et de quatre garçons. Huit autres participants ont été dévoilés dans l’épisode.

La présence d’Alexandre, 31 ans, présenté comme un gestionnaire de restaurant à Montréal, a rapidement soulevé une vague de commentaires négatifs sur les réseaux sociaux. Plusieurs personnes ont dénoncé le comportement jugé « inhabituel » et « violent » du candidat. Devant la multiplication des critiques, la production a même dû interdire les commentaires sur le compte Instagram du candidat, dont elle assure la gestion durant la participation du candidat à l’émission.

Laissé sur le carreau avec trois autres alors que les quatre filles devaient choisir chacune un candidat parmi les huit garçons pour un tête-à-tête, Alexandre n’a pas caché sa déception lors de ce segment de l’épisode de dimanche. « Ça bouillonnait par en dedans. Si j’avais eu un punching bag en avant de moi, je te dirais que, sérieusement, j’aurais eu un petit échange dedans, lance-t-il à la caméra. […] C’est beaucoup de questionnements aussi : qu’est-ce que les autres avaient de plus que moi ? Ç’a donné le fait que… » Le candidat ne termine pas sa phrase et fait plutôt deux doigts d’honneur vers le ciel.

Peu après, lors d’un confessionnal — un moment où le candidat se retrouve seul devant la caméra pour se confier sur son aventure —, Alexandre revient sur son attitude : « J’ai été surtout déçu quand les filles ont fait leur premier choix. J’avais des attentes. Je l’ai peut-être un peu mal pris, j’ai overreact. Je l’ai peut-être pris un peu personnel. Peut-être que j’aurais pas dû. Mais je pense qu’on exprime tous nos sentiments d’une façon différente, pis je pense que j’avais besoin de le vivre. »

Plus loin dans l’émission, lorsque les participants découvrent leur maison pour les prochaines semaines, Alexandre semble se mettre à l’écart des autres. L’un d’entre eux, Robin, le fait remarquer en confessionnal : « Il était de son bord, il ne parlait plus, il était triste, il boudait, il ne voulait parler à personne », confie-t-il.

Des squelettes bien cachés

En plus des vives réactions au comportement d’Alexandre lors de l’émission, plusieurs femmes ont affirmé sur les réseaux sociaux qu’il aurait eu une attitude « violente », « sexiste » et « harcelante » par le passé, hors de la téléréalité.

Puisqu’il y a un décalage de trois semaines entre le tournage et la diffusion d’une émission, la production dit n’avoir jamais eu vent de situations problématiques passées avec le candidat. C’est uniquement son comportement dans l’émission qui l’a poussée à le rencontrer. « Évidemment, si on avait eu vent des mauvaises expériences que certaines filles partagent sur les réseaux sociaux, on aurait fait des vérifications avant d’aller plus loin dans le processus avec lui […] Sachant ça maintenant, on ne peut rien faire de plus, il n’est déjà plus dans les maisons », souligne Valérie Dalpé.

Dans sa mise au point sur les réseaux sociaux, l’équipe de production a tenu à préciser que « tous les candidats ont été soumis à une évaluation psychologique avant leur participation à l’émission et ont été sujets à des recherches d’antécédents criminels. [Ils] ont également été rencontrés avant le début de l’aventure pour leur faire part du code de conduite d’Occupation double et des conséquences possibles s’ils contreviennent à celui-ci ».

Évidemment, si on avait eu vent des mauvaises expériences que certaines filles partagent sur les réseaux sociaux, on aurait fait des vérifications avant d’aller plus loin dans le processus avec lui

 

Les réseaux sociaux des candidats sont aussi passés au crible. Il y a toutefois des limites. « C’est difficile de fouiller dans le passé, de parler à leur entourage, quand leur présence à l’émission est censée rester confidentielle », explique la productrice. Les candidats doivent de plus signer une décharge dans laquelle ils promettent de n’avoir « aucun squelette dans le placard ».

« On est de plus en plus prudents. On ne prend pas ça à la légère et on sévit rapidement. On apprend chaque année de nos erreurs et comment gérer des situations », ajoute-t-elle. Rappelons le cas d’Éloïse qui avait triché la saison dernière. Ou encore celui de David, évincé de cette même édition avant même d’avoir participé au tapis rouge, la production ayant reçu des témoignages sur son comportement passé.

 

À voir en vidéo