​Sur vos écrans: rentrée «spécialisée», première partie

Mathieu Arsenault est l’un des courtiers immobiliers dont on suit le quotidien dans la docusérie «Numéros 1», à Casa.
Photo: Casa Mathieu Arsenault est l’un des courtiers immobiliers dont on suit le quotidien dans la docusérie «Numéros 1», à Casa.

Métiers « stéréotypés » démystifiés

Parmi les quelques séries originales qui débutent sur les chaînes spécialisées du Groupe TVA cette semaine, deux des plus intrigantes sont des séries documentaires qui dressent les portraits de personnes qui pratiquent des professions « victimes » de préjugés tenaces : des chirurgiens plastiques et des courtiers immobiliers. Et si on se fie aux extraits qu’on a pu voir de ces deux productions, ces exercices risquent d’être efficaces contre nos idées préconçues.

Le docuréalité Chirurgie plastique : reconstruire la vie suit le travail de quatre chirurgiens plastiques québécois dont la réputation traverse nos frontières, et qui passent l’essentiel de leur temps à soigner des patients qui ont besoin de chirurgies reconstructrices et rêvent de vivre à peu près normalement. Ici, point d’orgies de liposuccions, de prothèses mammaires et de fessiers brésiliens : on est plutôt dans l’essentiel, le vrai, celui qui permet d’espérer mener une existence supportable.

L’autre docuréalité, avec son titre un brin clinquant, Numéros 1, aurait pu facilement verser dans un certain sensationnalisme, puisqu’il s’intéresse au quotidien professionnel de six des meilleurs courtiers immobiliers du Québec dans leur coin de pays respectif. La folie immobilière des derniers mois est un cadre particulièrement riche pour cette production étonnamment sobre, autant dans la forme que dans le contenu.

On est moins surpris quand on constate qu’elle est signée par l’un des réalisateurs de De garde, 24/7, Paul-Maxime Corbin. Il nous fait découvrir les dessous de ce métier qui demande à ceux qui le pratiquent une disponibilité sans borne (au détriment de leurs proches...), une vitesse de réaction exceptionnelle, beaucoup d’entregent, mais qui peut s’avérer très, très payant. Les six agents choisis, d’horizons et de profils très différents, se confient avec une franchise un peu bluffante sur les travers et dangers de leur métier. Mais aussi sur ce qui les fait l’aimer. Heureusement.



Chirurgie plastique : reconstruire la vie
Moi et cie, mercredi, 20 h

Numéros 1
Casa, mardi, 20 h 30
   

Voyages de vedettes…

C’est devenu un passage obligé d’une rentrée télévisuelle : il faut au moins quelques concepts d’émission qui font briller nos vedettes d’ici, à travers des tranches de leur vie personnelle plus ou moins intéressantes. Cette fois, on s’intéresse à leurs périples marquants. Jean-Michel Dufaux reçoit ainsi les confidences enthousiastes de voyages marquants, mais pas nécessairement « originaux » ou exotiques, d’artistes et de personnalités médiatiques d’ici. Une façon comme une autre de voyager par procuration…



Dans le passeport de…
Évasion, mercredi, 19 h 30
   

Les animaux à la rescousse... ou l’inverse

Les animaux qui changent pour le mieux l’existence des humains font d’excellentes vedettes de télé. Ce sera très certainement le cas dans la série documentaire consacrée au travail de la zoothérapeute Audrey Desrosiers et de sa sympathique ménagerie auprès de patients jeunes et moins jeunes sur le domaine de la ferme DadaDo, en Estrie.

Les animaux en voie de disparition font tout autant de la bonne télé. Et dans la série documentaire Derniers géants, la quête pour sauver les derniers spécimens de très gros poissons prend des allures de film d’aventures périlleux… On y suit la mission que s’est donnée Cyril Chauquet, animateur de la populaire série Mordus de pêche, de repérer des spécimens de poissons géants des Amériques, et d’amasser le plus de données à leur sujet afin de collaborer à leur préservation. Cette quête voyageuse, du Canada jusqu’en Amazonie, dans des milieux sauvages devenus fragiles, s’avère parfois bien plus dangereuse qu’il n’y paraît. C’est du moins ce qu’annoncent les extraits que nous avons pu voir.



Zoothérapie
Moi et cie, mercredi, 20 h 30

Derniers géants
Évasion, mardi, 21 h 

Le visionnement de la semaine

La lutte et la vie
 

Les amateurs de lutte « arrangée » (avoués ou non !) trouveront probablement leur compte devant cette série dramatique plantée dans le décor un brin rural de la Géorgie « profonde », baptisée Heels. Ce drame sportif créé par Micheal Waldron, qui vient de signer pour Disney+ l’éclatée Loki, raconte le duel auquel se livrent deux frères sur le ring, dans leur personnage respectif de bon et de méchant, et dans leur vie personnelle, puisqu’ils convoitent tous deux les rênes de la petite entreprise de promotion de lutte de leur défunt père, en espérant lui donner des ambitions nationales.



Heels
Crave (volet Starz) et en version française à Crave et à Super Écran, les dimanches, 21 h

À ne pas manquer

Un chevalier «pionnier»
 

L’identité et l’orientation sexuelles sont des thèmes abordés de plus en plus souvent dans des productions télévisuelles conçues pour les adolescents. Il en va différemment pour les émissions de fiction qui s’adressent à leurs cadets. La série d’animation The Bravest Knight, une production canadienne d’abord lancée sur la plateforme de visionnement américaine Hulu, fait figure de pionnière en ce domaine en présentant un héros fantastique ouvertement gai dans un canevas plutôt conventionnel de conte de fées… T.R. Knight (un nom prédestiné !) prête sa voix au héros un peu différent. RuPaul fait également partie de la distribution dans le rôle du grand méchant loup.



The Bravest Knight
CBC Gem, dès le 14 août


À voir en vidéo