«Tig Notaro: Drawna»: quand l’humour s’anime

«Tig Notaro: Drawna» est produit par HBO.
Photo: HBO «Tig Notaro: Drawna» est produit par HBO.

Produit par HBO, Tig Notaro : Drawna la particularité d’être le premier spectacle réalisé entièrement en animation. Chaque numéro de l’humoriste américaine Tig Notaro (Boyish Girl Interrupted) a droit à sa propre technique, de l’animation classique 2D à la 3D numérique, en passant par le stop motion. Alors que le débit de Notaro est volontairement traînant, et ses propos joyeusement déprimants, évoquant le sombre et pince-sans-rire Steven Wright, les séquences animées orchestrées par Greg Franklin sont vives et colorées.

Dans la plus pure tradition du stand-up, Tig Notaro ne joue pas de personnages, interpelle les spectateurs, leur parle de tout, de rien, d’elle-même. Surtout d’elle-même… bien qu’elle commence son spectacle en parlant durant une bonne dizaine de minutes du bonhomme Kool-Aid — la mascotte en forme de pichet qui défonce les murs lorsqu’on se sert une bonne rasade de cette boisson sucrée.

Après son entrée en matière, elle raconte des anecdotes où le destin s’acharne contre elle, même dans les plus beaux moments, comme cette demande en mariage à l’hôpital entre la vie et la mort. Tandis qu’on entre dans l’univers loufoque de cette femme résiliente qui blague sur son cancer du sein, force est de se demander à quoi sert l’animation. Les trois quarts du temps, les faits et gestes de Tig Notaro sont illustrés fidèlement, voire platement, sans qu’aucun détail ne vienne ajouter un élément comique. À ce compte-là, aussi bien voir la version originale et se faire son propre cinéma.

 

Tig Notaro: Drawn 

Crave, samedi, 22 h



À voir en vidéo