«L’odyssée des Jeux olympiques»: sports et sociétés

Photo: Comité International Olympique (CIO)

Les Jeux olympiques de Tokyo s’ouvriront dans quelques jours, avec une petite année de retard. Avant cette quinzaine sportive un peu spéciale, on peut faire une petite « révision » grâce à cette chronique de l’histoire des Jeux, certes incomplète (les Olympiques d’hiver ne sont aucunement mentionnés !), mais qui a le grand mérite de mettre en parallèle les promesses et les déceptions qu’ils ont suscitées depuis leur renaissance moderne et les contradictions de nos sociétés.

Le film du Français Jean-Christophe Rosé, un habitué du documentaire sportif, ne brille pas par son originalité formelle, une chronologie bien ordonnée de cet événement « rénové » par le baron Pierre de Coubertin à la fin du XIXe siècle dans l’espoir de réconcilier les hommes (et plus tard les femmes) grâce au sport. Cette ligne du temps, accompagnée d’un commentaire éclairant sur le contexte social et politique dans lequel se sont tenus les différents Jeux olympiques depuis 1928 à Amsterdam jusqu’à ceux de Rio en 2016, met en relief les travers de ces événements devenus au fil du temps outils de promotion et de propagande ou sources de corruption.

Sur le versant plus lumineux, Rosé raconte (à travers son narrateur, Philippe Torreton), avec une verve réjouissante et surtout d’abondantes images d’archives, l’histoire d’athlètes marquants, certains illustres et quelques oubliés (surtout des femmes), qui ont révolutionné leur discipline, la façon de la faire rayonner et, dans certains cas, qui ont donné une dimension politique unique à leurs exploits. Et c’est cet aspect qui donne envie de croire que les Jeux olympiques ont encore le potentiel de nous enthousiasmer et de nous émouvoir.

L’odyssée des Jeux olympiques

TV5, lundi, 20 h

À voir en vidéo