«Sur les traces d’un tueur en série»: pour ne pas oublier, la suite

Le travail de titan des trois experts (l’enquêteur Claude Sarrazin, le spécialiste en crimes sériels Guillaume Louis et la journaliste à la recherche Sophie Charest) n’a peut-être pas permis de démasquer de coupables (avec certitude), mais il a permis de réactiver des enquêtes.
Photo: Crave Le travail de titan des trois experts (l’enquêteur Claude Sarrazin, le spécialiste en crimes sériels Guillaume Louis et la journaliste à la recherche Sophie Charest) n’a peut-être pas permis de démasquer de coupables (avec certitude), mais il a permis de réactiver des enquêtes.

La première saison de la série documentaire criminelle Sur les traces d’un tueur en série figure parmi les belles surprises télévisuelles de 2020. Celle-ci a pour ambition de dépoussiérer les dossiers d’enquête sur des meurtres de femmes irrésolus commis à Montréal dans les années 1970 et 1980, en abordant ces affaires avec une humanité et une détermination qui forcent l’admiration et qui en font une œuvre documentaire incontournable.

Le travail de titan des trois experts (l’enquêteur Claude Sarrazin, le spécialiste en crimes sériels Guillaume Louis et la journaliste à la recherche Sophie Charest) n’a peut-être pas permis de démasquer de coupables (avec certitude), mais il a permis de réactiver des enquêtes et redonner espoir aux familles des disparues. En plus de montrer que ces victimes, devenues anonymes, comptaient.

Ils poursuivent leur travail avec le même souci du détail et la même curiosité dans cette deuxième saison, qui débute avec l’une des femmes assassinées dont ils n’avaient pas eu le temps de fouiller le dossier dans leur premier effort. Et ceux d’autres femmes de la métropole assassinées en 1982. Parce qu’elles étaient femmes, parce qu’elles étaient, du moins dans certains cas, vulnérables, pauvres et exploitées, ou simplement au mauvais endroit au mauvais moment.

La construction de ces histoires de vie, malgré les aspects sordides de leur triste fin et la misère humaine qui en a découlé, captive toujours autant, et force la réflexion sur le sort qu’onréserve encore aux femmes assassinées de nos jours. Six épisodes ne suffiront pas : il faudra une autre suite.

 

Sur les traces d’un tueur en série, saison 2

Crave, dès mercredi

À voir en vidéo