«Cozy Grove»: une pâle copie d’«Animal Crossing»?

Là où «Cozy Grove» diffère le plus est dans son style visuel.
Photo: Spry Fox Là où «Cozy Grove» diffère le plus est dans son style visuel.

Et si la série de Nintendo Animal Crossing était en train de devenir un genre vidéoludique à part entière ? Avec Cozy Grove, du studio indépendant Spry Fox, l’expérience du légendaire simulateur de vie sort du terrier nippon et fait sa niche sur de nouvelles plateformes.

Dans Cozy Grove, on prend la place d’un scout qui a pour mission d’apaiser les âmes perdues. On débarque donc sur une île hantée habitée par d’adorables fantômes d’oursons. Comme dans Animal Crossing, ces habitants nous demanderont service, ce qui fait avancer l’histoire.

Visuellement, et d’un point de vue narratif, on se rapproche donc surtout de l’excellent Spiritfarer, ce jeu à moitié de plateforme et à moitié de gestion où l’on doit accompagner des âmes perdues jusqu’à leur dernier repos. Spiritfarer est bien plus beau (et original), par contre.

Car mécaniquement, on a affaire dans Cozy Grove à un clone total du jeu de Nintendo. Les quêtes se résument essentiellement à ramener aux différents oursons divers objets dispersés sur l’île. On peut décorer son île pour son plaisir ou pour avoir accès à de nouveaux objets. Planter un pommier permet, par exemple, de récolter des pommes le lendemain. Pommes que désirera un fantôme ou un autre.

Là où Cozy Grove diffère le plus est dans son style visuel. Tout en 2D et dessiné à la main, il impose un contraste fort avec la 3D colorée en aplat d’Animal Crossing. D’abord en noir et blanc, notre île se colore à mesure que l’on fait avancer nos relations avec les fantômes. Il est dommage par contre que la monochromie initiale nuise grandement à notre capacité à distinguer les objets récoltables éparpillés sur l’île des simples morceaux du décor avec lesquels on ne peut interagir.

Il manque aussi la fonction multijoueur du jeu de Nintendo qui a grandement participé à ce qu’il devienne un véritable phénomène durant la pandémie.

Mais il faut prendre Cozy Grove dans son contexte. Certes, sur Nintendo Switch, on vous invite à passer par-dessus — à moins d’en avoir vraiment assez d’Animal Crossing. Et encore, Cozy Grove est si proche du jeu qui l’inspire qu’on vous invite plutôt à essayer l’excellent simulateur de ferme Stardew Valley, bien plus riche et complexe et aussi disponible sur la console.

Mais sur les autres plateformes, comme sur PC, l’expérience Animal Crossing n’existe que par l’émulation, une zone grise du jeu vidéo ouvertement combattue par Nintendo. Et c’est là que Cozy Grove trouve sa niche : vous n’avez pas de Nintendo Switch et vous voulez vous aussi vous mettre au simulateur de corvées ? Vous avez trouvé votre réponse.

Ou attendez que d’autres développeurs choisissent d’innover davantage sur la formule au lieu de n’offrir qu’une copie un peu pâle de l’original.


Cozy Grove

★★★

Conçu et édité par Spry Fox. Offert pour Nintendo Switch, PlayStation 4 (compatible PlayStation 5), Xbox One, Microsoft Windows et Apple Arcade.



À voir en vidéo