​Sur vos écrans: et peut-être s’en sortir?

Une scène du documentaire «Inside the Met». Sur la photo: portrait d’Antoine Laurent
Lavoisier et de son épouse Marie-Anne peint par Jacques-Louis David.
Photo: PBS Une scène du documentaire «Inside the Met». Sur la photo: portrait d’Antoine Laurent Lavoisier et de son épouse Marie-Anne peint par Jacques-Louis David.

Quête identitaire

Les vols massifs de données personnelles des dernières années font craindre le pire à chacun : voir son identité volée ou achetée par des fraudeurs qui vont miner notre historique de crédit et de bon citoyen. Dans le documentaire Enquête d’identité, les réalisatrices et scénaristes Amélie Badier et Isabelle Tincler abordent ce sujet angoissant en accompagnant Marie-Ève Aubry, une victime de vol d’identité il y a maintenant 15 ans et toujours aux prises avec ce problème de taille qui pourrit son existence. Les documentaristes ont fait appel à des spécialistes de ce type de délit afin de monter un dossier de preuves qui permettra à Mme Aubry d’obtenir un nouveau numéro d’assurance sociale, sésame qui ne règle pas tout, mais qui donne un nouvel élan aux victimes de ce genre de vol.

On se garde de vous dévoiler la conclusion de cette enquête prenante et complexe, qui met en lumière les nombreux obstacles qui minent la quête des victimes de vol d’identité et les maigres moyens dont disposent les autorités policières pour empêcher ce type de délit et pour les punir. On en retient surtout qu’un jour ou l’autre, on finira tous par être l’objet d’un tel vol. Il reste à savoir quand.

 

Enquête d’identité
Crave, dès le 19 mai
  

Femmes en reconstruction

L’itinérance n’est pas uniquement un problème masculin. Les femmes sont certes moins visibles, mais tout de même bien présentes dans les rues, ici et ailleurs, et ont besoin qu’on les aide. Pourtant, les ressources pour leur donner un répit sont insuffisantes, ici comme ailleurs.

En 2015, la documentariste française Claire Lajeunie s’est intéressée à la réalité des femmes sans domicile fixe de la Ville Lumière dans Femmes invisibles. Survivre dans la rue, en soulignant le manque flagrant de lieux où elles pouvaient reprendre leur souffle, prendre soin d’elles et trouver dessolutions pour s’en sortir. Cinq ans plus tard, la réalisatrice est retournée sur le terrain pour constater qu’il existe maintenant des refuges réservés aux femmes, des lieux où elles se sentent en sécurité et peuvent espérer améliorer leur sort. La cinéaste fait la part belle aux confidences touchantes et bouleversantes d’itinérantes aux profils et aux horizons différents.

 

Femmes, de la rue à l’abri
TV5, mercredi, 21 h 53
  

L’année de tousles dangers « muséaux »

Le Metropolitan Museum of Art, auguste institution muséale new-yorkaise, devait fêter en grand son 150e anniversaire d’existence en 2020, avec une foule d’expositions et d’événements spéciaux, à la hauteur de sa réputation internationale. Mais la pandémie a fait des ravages dans la Grosse Pomme et a forcé la fermeture du musée pour une durée indéterminée, une première dans sa longue histoire.

Les coulisses de cette fermeture crève-cœur et ses conséquences sont le point de départ de la minisérie documentaire Inside the Met, qui offre un accès privilégié à certaines de ses collections et donne la parole à ses artisans et gestionnaires, désarçonnés par la situation. La suite montre qu’ils ne sont pas au bout de leurs peines. Les dirigeants devront remettre en question l’héritage historique et le mode de financement du musée.
 

Inside the Met
PBS, les 21 et 28 mai, dès 21 h

À ne pas manquer

Une grosse année musicale

1971 fut un grand cru pour la musique rock et pop venue des États-Unis et du Royaume-Uni. C’est l’année de la parution de Who’s Next des Who, de What’s Going On de Marvin Gaye, du Concert for Bengladesh, ​auquel ont participé George Harrison et Ravi Shankar, et de l’émergence d’Elton John et de David Bowie. Le réalisateur Asif Kapadia (Amy, Senna) revient dans cette série documentaire en huit épisodes, inspirée de l’ouvrage 1971 : Never a Dull Moment de David Hepworth, à l’aide d’archives et d’entrevues toutes récentes, sur les raisons pour lesquelles ce fut une année particulièrement généreuse en productions d’exception et sur la façon dont celles-ci ont été influencées par le contexte sociopolitique d’alors, et inversement. De la nostalgie à la pelle et beaucoup de vers d’oreille en perspective…

​1971 : The Year that Music Changed Everything
​Apple TV+, dès le 21 mai

Le visionnement de la semaine

Rêves hollywoodiens

Depuis sa révélation au grand public dans la série comique Master of None en 2015, particulièrement grâce à son scénario d’un épisode inspiré par sa propre sortie du placard, l’actrice, scénariste et productrice Lena Waithe (The Chi, Queen & Slim et plus récemment la série Them) a pris du galon dans l’industrie hollywoodienne du cinéma et de la télévision. Dans Twenties, une comédie dramatique (en huit épisodes) d’abord lancée au tout début de la pandémie à la chaîne câblée américaine BET (Black Entertainment Television), elle s’inspire à nouveau de son parcours pour raconter le destin professionnel et personnel de trois amies dans la vingtaine qui tentent de faire leur place dans l’usine à rêves, et tout particulièrement celui de Hattie (Jonica T. Gibbs), jeune aspirante scénariste, bouillante et parfois brouillonne, lesbienne à la vie amoureuse complexe et pas toujours satisfaisante. Malgré ses travers passablement irritants, on s’attache rapidement à ce personnage, tout comme à ses amies « hétéros », aux personnalités plus effacées et conventionnelles.

 

Twenties
CBC Gem, dès le 21 mai