«MK-ULTRA: la fin du silence»: cobayes malgré eux

La reporter Rose-Aimée Automne T. Morin avec Marilyne Rappaport
Photo: ICI Télé La reporter Rose-Aimée Automne T. Morin avec Marilyne Rappaport

Lancé dans les années 1950 afin de mieux contrôler l’esprit humain, le programme MK-ULTRA aura essaimé dans près de 90 instituts, dont l’Institut Allan Memorial de Montréal. Électrochocs massifs, LSD, privation sensorielle, coma artificiel : sous la houlette du Dr Ewen Cameron, ce programme secret financé par la CIA aura permis de « déstructurer » nombre de patients québécois. C’est ce sombre héritage qu’éclaire avec finesse la reporter Rose-Aimée Automne T. Morin au fil d’une enquête difficile, parfois frustrante, qui aura duré deux ans.

Percutant est le témoignage de Geraldine Gerrie Jackson qui, à l’époque, n’a jamais songé à se braquer. Si elle joint aujourd’hui sa voix aux victimes et à leurs proches qui poursuivent le gouvernement canadien (attendus en Cour supérieure du Québec le 18 mai), c’est moins pour ce qu’elle a subi elle-même aux mains du Dr Cameron que pour deux de ses enfants qui ont développé des dépendances en raison des cocktails expérimentaux auxquels on l’a soumise pendant ses grossesses. « Il s’est avéré que c’était peut-être moins bon pour moi que ça l’était pour la CIA. »

Cette impunité toute-puissante, on la devine également dans le témoignage généreux d’une infirmière qui concède avoir été bien « naïve » à une époque où il fallait « exécuter sans poser de question ». La quête opiniâtre de Rose-Aimée Automne T. Morin, qui, elle, ne se refuse aucune question, permet de départager rumeurs et faits avec précision. La réalisation sobre de Maude Sabbagh fait le reste en dévoilant une vérité douloureuse qui n’a besoin d’aucun artifice pour s’imposer. 

MK-ULTRA : la fin du silence

Le samedi 1er mai, ICI Télé, 22 h 30 ; en rattrapage sur Tou.tv.