«Loop Hero»: réinventer la roue

L’art des pixels est soigné, tout en retenue dans un style 8-bit, et la musique cartonne.
Photo: Devolver Digital L’art des pixels est soigné, tout en retenue dans un style 8-bit, et la musique cartonne.

Facile d’écarter du revers de la main ces jeux passifs qu’on trouve souvent sur les plateformes mobiles. Ne servent-ils pas qu’à nous faire perdre notre temps… et notre argent ? Le studio Four Quarters nous force à reconsidérer nos préjugés avec son excellent jeu de rôle pour PC Loop Hero.

L’univers du studio indépendant basé en Russie a été entièrement démantelé et propulsé dans une boucle temporelle par le Lich, un démon-squelette maléfique. C’est à notre héros d’en rapiécer les morceaux et de briser le cycle temporel. On n’y arrivera pas du premier coup (ni du cinquième… ni du dixième !), mais à chaque tentative, on se rapprochera du but.

Au premier abord, on dira que Loop Hero est un jeu rétro. À l’œil et à l’oreille, on fait le plein de nostalgie. L’art des pixels est soigné, tout en retenue dans un style 8-bit, et la musique cartonne. Mais ce nouveau jeu de rôle passif a tout pour devenir l’un des meilleurs rogue-like modernes qu’on nous a présentés jusqu’à maintenant.

Le jeu débute par un chemin en boucle sur un fond noir. C’est à nous d’y placer des terrains et des bâtiments distribués au hasard qui nous donneront à la fois accès à des ressources pour améliorer notre campement (et, ainsi, débloquer de nouvelles habiletés), améliorer nos statistiques… et faire apparaître des monstres sur notre chemin. À chaque combat, on reçoit de nouveaux terrains à placer et de l’équipement (armures, épées, boucliers, etc.) qui nous permettent d’améliorer notre personnage.

En ressort un périlleux jeu d’équilibre : faute de placer assez de terrains et de bâtiments sur la carte de jeu, nous risquons de ne pas être prêts à en découdre avec les monstres plus puissants. En placer trop fera en sorte que nous serons submergés par les monstres normaux ; des hordes d’araignées géantes, des vampires et autres entités diaboliques.

S’ajoute un aspect deck building façon jeu de cartes à collectionner, plusieurs améliorations de notre campement donnant accès à de nouveaux terrains qui, eux, font apparaître de nouveaux monstres et de nouvelles ressources sur notre chemin — qu’il faut concilier avec une limite (12 au départ) —, et vite nous tombons dans le puits sans fond des mécaniques de jeu.

C’est ainsi qu’on se retrouve à mettre sur pause la marche de notre héros sur la boucle, à microgérer son équipement, à jouer nos cartes pour préparer le terrain, avant de relancer le jeu et enfin regarder avec satisfaction notre plan se dérouler comme sur des roulettes… ou pas. Car Loop Hero nous présente souvent des surprises qui, parfois, paraissent injustes.

Mais composer avec l’incertitude, le fameux roulement du dé à 20 faces de Donjons et dragons, fait partie du plaisir. Et si jamais notre héros trépasse… eh bien, on tentera de déjouer le sort, encore une fois. Brillant.

 

Loop Hero

★★★★

Conçu par Four Quarters et édité par Devolver Digital. Offert pour Windows, MacOS et Linux (Steam, GOG et Epic Games).