«The Communist’s Daughter» et «The Slowest Show»: duo audacieux chez l’autre solitude

CBC Gem

CBC Gem fait preuve d’une belle audace en proposant des webséries qu’on imagine difficilement passer le test de la diffusion traditionnelle, mais qui méritent pourtant qu’on s’y attarde, et d’autant plus volontiers qu’on peut les regarder gratuitement. En témoignent cette semaine deux nouveautés qu’on pourrait assurément qualifier d’audacieuses.

The Communist Daughter pastiche à sa façon les récits d’apprentissage adolescents en racontant les péripéties plus ou moins gênantes de Dunyasha McDougald. Fille d’un couple de communistes toujours très convaincus (mais pas tellement convaincants…), cette dernière tente de faire sa place, en dépit de ce stigmate social, dans sa nouvelle école secondaire ontarienne, à la veille de la chute du mur de Berlin. La série joue de façon peu subtile sur les stéréotypes associés à la culture pop des années 1980 et aux militants communistes occidentaux « aveuglés » par le mirage soviétique. Elle réussit néanmoins à nous faire sourire avec ses situations loufoques, son esthétique « VHS » et son héroïne atypique.

The Slowest Show, une comédie « expérimentale », exploite jusqu’à l’absurde le concept de la « slow TV ». Chacun des épisodes se résume en un seul long plan fixe, capté de loin et en hauteur, dans un lieu public où il ne se passe pas grand-chose. Ces longs tableaux, aux allures de pages d’Où est Charlie ?, dans une galerie d’art contemporain, sur un terrain de minigolf ou dans un skatepark, recèlent de petites « intrigues » construites autour des personnages qu’on croit d’abord être de simples figurants.

 

The Communist’s Daughter // The Slowest Show

CBC Gem, dès le 19 mars // CBC Gem, dès le 26 mars